countryside1.jpgcountryside2.jpg

Réponses à des Catholiques

 

 

Réponses à des Catholiques (1)

Article de Joe Mizzi.

Joe Mizzi répond sur son site Internet à des questions que lui posent des lecteurs, souvent

Catholiques. Nous avons choisi un certain nombre de questions fréquemment posées:

Première question

: Les Catholiques sont-ils des Chrétiens? Sinon, pourquoi? Ma question est très sérieuse! Je désire honnêtement savoir si les Catholiques peuvent être considérés comme faisant partie de la Chrétienté véritable.

Réponse de Joe Mizzi:

Votre question est extrêmement importante! Nous devons savoir si nous sommes véritablement des Chrétiens, ou si nous n'avons de Chrétien que le nom! Nous devons savoir si nous avons une relation vivante avec Jésus-Christ!

Qui est donc Chrétien? Comme les Juifs de l'Ancien Testament, beaucoup de gens se trompent eux-mêmes en croyant être en règle avec Dieu, parce qu'ils ont accompli certains rites, comme la circoncision ou le baptême, ou parce qu'ils sont nés dans une famille chrétienne, ou encore parce qu'ils fréquentent une église chrétienne.

Selon la Bible, un vrai Chrétien a été élu par Dieu avant la fondation du monde. Il a été racheté et pardonné par le sang de Jésus. Il a été éclairé par le Saint-Esprit pour connaître la vérité de l'Evangile. Un Chrétien est quelqu'un qui a fait confiance à Christ pour son salut, et qui loue le Seigneur pour Sa grâce. Veuillez relire Ephésiens 1:3-13.

Est-ce qu'un Catholique Romain correspond à cette description? En apparence seulement. Il croit en Christ et parle de la grâce de Dieu. Mais il suit les enseignements officiels de l'Eglise Catholique Romaine. Je dois dire avec regret qu'il ne croit pas réellement en Christ, et qu'il ne croit pas vraiment à la grâce de Dieu. Permettez-moi de m'expliquer.

L'Evangile enseigne que l'on ne peut être sauvé que par la foi, "sans les œuvres de la loi" (Romains

3:28). Or l'Eglise Catholique ajoute à la foi un ensemble d'œuvres, dont beaucoup ne sont que des inventions humaines. Elle maudit même officiellement tous ceux qui osent se confier en Christ seul pour leur salut: "Si quelqu'un dit que la foi qui justifie n'est rien d'autre que la confiance en la miséricorde divine, et que les péchés sont pardonnés grâce à Christ, ou que nous ne sommes justifiés que par la foi, qu'il soit maudit!" (Concile de Trente, session 6, canon 12).

Nous croyons fermement que nos péchés ne peuvent être pardonnés que par le sacrifice de Christ. Tandis que l'Eglise de Rome nous demande d'accomplir des actes de pénitence et d'aller souffrir au Purgatoire pour expier nos péchés. La Bible proclame que Christ est notre Prêtre (ou Sacrificateur), et qu'Il S'est offert Lui-même une fois pour toutes. L'Eglise Catholique nous demande d'avoir recours à ses prêtres, qui doivent offrir chaque jour leurs sacrifices sur l'autel de la messe. La Bible proclame que Christ est notre unique médiateur. Rome demande d'avoir recours à d'autres médiateurs, comme Marie, les saints et l'Eglise.

 

Nous répétons que nous sommes "gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ" (Romains 3:24). La Bible définit clairement ce qu'est la grâce, et ce qu'elle n'est pas: "Or, à celui qui fait une œuvre, le salaire est imputé, non comme une grâce, mais comme une chose due" (Romains 4:4). La grâce est une faveur imméritée, alors que les œuvres impliquent un mérite personnel.

Certes, l'Eglise Catholique enseigne que nous sommes sauvés par grâce.

Toutefois, la "grâce" du Catholicisme est une grâce très étrange! L'Eglise Catholique affirme que "nous pouvons mériter pour nous-mêmes les grâces dont nous avons besoin pour atteindre la vie éternelle" (Catéchisme Catholique, paragraphe 2010). Le fait de "mériter" une grâce est une contradiction. L'Eglise de Rome ne vous permet pas de recevoir le don du salut avec un cœur reconnaissant. Il vous faut travailler comme un esclave pour mériter cette "grâce". Nous sommes obligés de conclure que l'Evangile de Rome est un autre Evangile que celui de la Bible. J'ose affirmer qu'il s'agit d'un faux Evangile. Je le dis avec beaucoup de tristesse et une grande inquiétude pour les multitudes de Catholiques qui suivent aveuglément ce faux système religieux. Je dois avertir tous les Catholiques que Christ ne leur servira à rien, s'ils ne renoncent pas à toute confiance en eux-mêmes, en leurs œuvres, ou en une créature quelconque. Nous devons placer notre foi en Christ seul!

Les Catholiques ne sont pas à la bonne place! Le Livre de l'Apocalypse nous décrit un faux système religieux fondé sur la séduction, qu'il appelle "la Babylone". Il n'est pas dans mes intentions d'exposer quelle est la nature exacte de cette Babylone. Mais le principe reste le même. Certains Chrétiens sont emprisonnés dans ce système fondé sur le mensonge. Dieu leur lance cet ordre clair: "Sortez du milieu d'elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n'ayez point de part à ses fléaux" (Apocalypse 18:4). Que Dieu soit béni, car, même dans cette Babylone, Il a un peuple qui Lui appartient. Si vous êtes vraiment Chrétien, mais que vous êtes emprisonné dans ce faux système religieux que représente l'Eglise Catholique, écoutez l'appel de Dieu, et sortez du milieu d'elle! Vous connaîtrez une liberté et une vie que vous n'avez jamais connues auparavant.

Deuxième question:

Je suis un Catholique Romain. Pourquoi n'acceptez-vous pas que les Catholiques puissent croire en Jésus-Christ comme leur Sauveur, exactement comme les Baptistes ou d'autres Chrétiens? Pourquoi attachez-vous autant d'importance à la forme de votre foi? Ne jugez-vous pas important le fait que nous prions Dieu, que nous reconnaissons Jésus comme notre Sauveur, et que nous nous efforçons de vivre comme de bons et fidèles serviteurs?

Réponse de Joe Mizzi:

Il n'est pas suffisant de croire que Jésus-Christ est votre Sauveur. Vous devez aussi croire que Jésus seul vous suffit pleinement pour être sauvé! L'apôtre Pierre affirme qu'il "n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés" (Actes 4:12). Dans la pratique, le Catholicisme rejette cette vérité fondamentale. Bien que, par exemple, la Vierge Marie ne soit pas officiellement considérée comme

"celle qui sauve", les Catholiques invoquent toutefois son nom pour être sauvés. Chaque jour, ils font la prière suivante: "Je vous salue Marie, pleine de grâce. Vous êtes bénie parmi toutes les femmes, et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort".

Apparemment, il n'y a rien de mal dans cette prière. Après tout, nous prions Dieu les uns pour les autres. Mais considérez cependant le simple fait que Marie ne se trouve plus sur la terre des vivants! Les âmes de ceux qui sont décédés en Christ sont avec le Seigneur. La Bible ne parle absolument pas de "l'assomption" corporelle de Marie dans le Ciel. Comment donc Marie, qui n'est qu'une créature, peut-elle entendre les prières que des millions de Catholiques lui adressent en même temps? Dieu seul est omniprésent. Lui seul connaît toutes choses, et peut entendre les prières de Ses enfants. Comment Marie, une simple créature, peut-elle entendre les prières secrètes qui montent du cœur de ceux qui l'invoquent? La Bible dit: "Exauce-le des cieux, du lieu de ta demeure, et pardonne; agis, et rends à chacun selon ses voies, toi qui connais le cœur de chacun, car seul tu connais le cœur de tous les enfants des hommes" (1 Rois 8:39).

En outre, quand je demande à un frère chrétien, sur cette terre, de prier pour mes besoins, cela ne signifie aucunement que je me confie en lui. Mais quand les Catholiques prient Marie, ils se confient réellement en elle, et lui soumettent même le moment crucial de leur mort: "Nous nous offrons à elle maintenant, chaque jour de notre vie. Et, dès à présent, nous lui faisons même confiance pour confier pleinement à ses soins l'heure de notre mort" (Catéchisme Catholique, paragraphe 2677). Nous ne devrions placer une telle confiance qu'en Dieu seul! A l'heure de sa mort, Etienne ne s'est pas "confié pleinement" aux soins de la Vierge Marie! Il fit ce que doit faire tout Chrétien véritable: "Et ils lapidaient Etienne, qui priait et disait: Seigneur Jésus, reçois mon esprit!" (Actes 7:59).

Il me faut encore ajouter quelque chose. Posez-vous cette question: "Qui est ma vie, mon espérance, ma Porte du Ciel : Marie, ou Jésus-Christ?" Je vous en prie, soyez honnête devant Dieu! Choisissez entre les enseignements de la Tradition Catholique, ou ceux de la Bible:

La Religion Catholique enseigne ceci:

"Je vous salue, Sainte Reine, Mère de miséricorde, je vous salue, notre vie…"

"Je vous salue, Sainte Reine, Mère de miséricorde, notre espérance…"

"Marie est appelée "la Porte du Ciel", parce que personne ne peut entrer dans ce Royaume béni sans passer par elle" ("Les gloires de Marie", page 102).

La Bible enseigne ceci:

" Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire" (Colossiens 3:4).

"Paul, apôtre de Jésus-Christ, par ordre de Dieu notre Sauveur et de Jésus-Christ notre espérance" (1 Timothée 1:1).

"Je suis la porte. Si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé" (Jean 10:9). " Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi" (Jean 14:6).

L'Eglise Catholique enseigne que Marie est "notre vie, notre espérance", et qu'elle est la "Porte du Ciel". La Bible enseigne que Christ est "notre Vie, notre Espérance, et le seul Chemin vers le Ciel. J'espère sincèrement que vous allez choisir la Parole de Dieu, et que vous placerez votre confiance en Christ, et en Christ seul! C'est Lui que vous devez appeler "votre Vie, votre Espérance", et votre

"Porte pour le Ciel"!

Troisième question:

On m'a appris, dans ma dénomination, à considérer que la Religion Catholique n'est pas réellement une Religion Chrétienne. Pourriez-vous, s'il vous plaît, m'expliquer quelles sont les différences entre la Religion Catholique et la vraie Religion Chrétienne?

Réponse de Joe Mizzi:

Pour être honnête, votre question m'inquiète! Pourquoi parlez-vous de "Religion Chrétienne"? Il ne s'agit pas de religion, qu'elle soit Catholique, Hindoue, Musulmane, ou n'importe quelle autre! Si vous êtes Chrétien, vous avez une relation personnelle avec le Seigneur Jésus-Christ, et cette relation est fondée sur l'amour. Accepteriez-vous de vous laisser détourner de Lui par un système religieux quelconque, quelle que soit son attirance? Jésus n'est-Il pas suffisant pour combler tous les désirs de votre cœur? Quel tort vous a-t-Il causé? N'est-Il pas mort pour vous, pour vous sauver de votre péché? Sa Parole, la Sainte Bible, n'est-elle pas suffisante pour vous montrer le chemin du salut, et pour vous conduire tout au long de ce chemin qui mène au Ciel?

Pourquoi vous tournez-vous vers le Catholicisme Romain, cette religion qui, en pratique, ne croit pas que le sacrifice de Christ soit suffisant pour nous assurer le salut, et renie Sa Sainte Parole?

Si je devais résumer les différences essentielles entre le Catholicisme et la foi chrétienne véritable, je dirais trois choses:

1. Pour un Chrétien, Christ seul est notre médiateur et notre Prêtre. Tandis que le Catholicisme ajoute d'autres médiateurs: Marie, les saints, et les prêtres catholiques.

2. Pour un Chrétien, le salut est reçu par la grâce seule. Le salut lui est accordé comme un don de Dieu, reçu par la foi. Il s'agit pour le Chrétien d'un cadeau entièrement gratuit. Mais ce cadeau a coûté très cher à Dieu, car Il a dû le payer avec le sang de Son Fils bien-aimé. C'est ainsi que nous avons été rachetés de notre péché. Dans le Catholicisme, les gens s'efforcent de gagner leur salut par leurs bonnes œuvres, par leurs pénitences, et par leurs souffrances dans ce monde, ainsi que dans un endroit imaginaire appelé le Purgatoire.

3. Pour un Chrétien, la Bible seule est la Parole de Dieu. Il n'écoute aucune autre voix que celle du Bon Berger, qui lui parle par Son livre inspiré, la Bible. Dans le Catholicisme, on a remplacé la Bible par les déclarations officielles des chefs de l'Eglise. Quand leurs doctrines ne peuvent pas être appuyées par la Bible, ils invoquent une "Tradition" qu'ils mettent sur le même plan que la Parole de Dieu.

Attachez-vous à Jésus-Christ et à Sa Parole! Conduisez vos anciens co-religionnaires à Christ et à

Sa Sainte Ecriture! Il n'y a pas d'autre chemin!

Quatrième question:

Vous avez dit que l'Eglise Catholique enseigne le salut par les œuvres. C'est pourtant contraire à tout ce que je sais sur l'Eglise Catholique!

Réponse de Joe Mizzi:

J'ai correctement présenté l'enseignement de l'Eglise Catholique Romaine. La Religion Catholique enseigne que la foi est importante. Mais elle insiste sur la nécessité d'accomplir des bonnes œuvres pour mériter le salut. Tous les Catholiques savent cela, et cherchent à obéir aux commandements de leur Eglise, à participer aux sacrements, à faire pénitence, à donner des aumônes, à réciter des prières, etc… Ils font tout cela pour mériter leur salut. Lisez soigneusement les déclarations suivantes du Concile de Trente, concernant la Justification:

Canon 9: Si quelqu'un dit que le pécheur est sauvé par la foi seule, qu'il soit anathème (maudit).

Canon 11: Si quelqu'un dit que les hommes sont justifiés par la seule imputation de la justice de

Christ, ou par la seule rémission des péchés, qu'il soit anathème.

Canon 12: Si quelqu'un dit que la foi qui justifie n'est rien d'autre que la confiance en la miséricorde divine, qui pardonne les péchés grâce aux mérites de Jésus, ou que c'est cette confiance seule qui nous justifie, qu'il soit anathème.

Canon 24: Si quelqu'un dit que la justice reçue n'est pas préservée, ni accrue, par la pratique des bonnes œuvres, mais que ces œuvres ne sont que les fruits et les signes de la justification obtenue, sans être la cause de cet accroissement, qu'il soit anathème.

Canon 30: Si quelqu'un dit qu'après avoir reçu la grâce de la justification, la culpabilité est si parfaitement effacée qu'il ne reste plus aucune dette temporelle à payer, dans ce monde ou dans le Purgatoire, avant de voir s'ouvrir les portes du Ciel, qu'il soit maudit.

Canon 32: Si quelqu'un dit que les bonnes œuvres de celui qui est justifié ne sont que les dons de Dieu, et qu'elles ne sont pas dues aux mérites de celui qui a été justifié, ou s'il dit que celui qui est justifié par les bonnes œuvres qu'il accomplit par la grâce de Dieu et les mérites de Jésus-Christ, ne mérite pas aussi un accroissement de grâce et de vie éternelle, qu'il soit anathème.

Oui, Rome enseigne bien que les pécheurs méritent la justification par leurs bonnes œuvres!

Voici au contraire ce que la Bible enseigne:

"Or, à celui qui fait une œuvre, le salaire est imputé, non comme une grâce, mais comme une chose due; et à celui qui ne fait point d'œuvre, mais qui croit en celui qui justifie l'impie, sa foi lui est imputée à justice. De même David exprime le bonheur de l'homme à qui Dieu impute la justice sans les œuvres: Heureux ceux dont les iniquités sont pardonnées, et dont les péchés sont couverts! Heureux l'homme à qui le Seigneur n'impute pas son péché!" (Romains 4:4-8).

Vous confiez-vous en Christ seul pour votre salut? Ou dépendez-vous aussi de quelque chose d'autre? De quelque chose que vous devez faire, ou de quelque autre personne? J'espère sincèrement que vous pouvez dire: "Je suis sauvé par grâce, par la foi. Cela ne vient pas de moi, mais c'est un don de Dieu. Ce n'est pas par mes œuvres, et je ne me glorifie de rien d'autre que de la croix de Jésus!"

Cinquième question:

Si un Catholique Romain a accepté Jésus-Christ comme son Sauveur et Seigneur, et s'il refuse de quitter l'Eglise Catholique et ses faux enseignements, est-ce parce que Dieu ne lui a pas encore ouvert les yeux, ou parce qu'il s'entête à vouloir rester dans cette Eglise?

Réponse de Joe Mizzi:

La réponse à votre question n'est pas simple! Ce qui est clair, c'est qu'un Catholique qui a accepté Jésus-Christ comme son Sauveur et Seigneur devrait quitter l'Eglise Catholique, parce qu'elle enseigne un faux Evangile. Un Chrétien véritable devrait aussi chercher à se joindre à une église qui croit en la Bible, pour adorer Dieu avec ses frères, et pour qu'ils puissent s'édifier mutuellement. Pourtant, certains de ceux qui affirment avoir reçu Christ comme leur Sauveur et Maître restent membres actifs de l'Eglise Catholique Romaine. Il peut y avoir plusieurs raisons à cela.

Mais la première raison qui me vient à l'esprit est la suivante: il ne suffit pas d'affirmer avoir reçu Christ pour L'avoir effectivement reçu! S'ils restent dans l'Eglise Catholique, c'est simplement parce qu'ils s'y sentent encore à l'aise. D'autres peuvent être réellement sauvés, et restent pourtant encore quelque temps dans l'Eglise Catholique.

Certains le font par manque de connaissance. Plus tard, ils finissent par s'apercevoir des contradictions et des incohérences entre les enseignements de la Bible et ceux de l'Eglise Catholique, et leur conscience les conduit à prendre la décision de partir. Par exemple, comment un Chrétien, qui croit que le sang de Jésus le purifie de tout péché, peut-il rester dans une Eglise qui enseigne l'existence d'un Purgatoire, où l'on irait finir d'être purifié de ses péchés par ses propres souffrances?

D'autres s'entêtent à vouloir rester dans cette Eglise, comme vous le dites. S'ils s'entêtent, c'est qu'ils y sont poussés par des motivations qui leur sont propres. Peut-être ne veulent-ils pas être persécutés, ou craignent-ils les pressions de leur famille et de leur environnement social. C'est un sujet de préoccupation, car Christ nous a mis en garde: "Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles au milieu de cette génération adultère et pécheresse, le Fils de l'homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les saints anges" (Marc 8:38).

Ils ont donc toutes les raisons de se demander s'ils sont vraiment sauvés ou non!

Sixième question:

Si ce que vous dites est vrai, c'est-à-dire que l'Eglise Catholique est apostate, pourquoi Christ a-t-Il donc promis d'être avec Son Eglise jusqu'à la fin des temps? Où était cette Eglise tout au long de l'Histoire? Pourtant, l'Eglise Catholique fait remonter son origine aux temps apostoliques!

Réponse de Joe Mizzi:

Aujourd'hui, l'Eglise Catholique est très ancienne. Elle remonte même au temps des apôtres. Toutefois, ce n'est pas l'ancienneté qui garantit qu'une Eglise soit vraiment fidèle à Christ! Une Eglise peut bien commencer, mais dégénérer et devenir apostate dans la suite des temps. La marque de la fidélité d'un individu ou d'une Eglise sera toujours la fidélité à l'enseignement de Jésus-Christ : "Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui: Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira" (Jean 8:31-32).

L'Eglise Catholique est donc ancienne, mais elle est restée dans le Judaïsme! Aujourd'hui, le Judaïsme est une fausse religion. Les Juifs étaient le peuple de Dieu de l'Ancien Testament. Mais, parce qu'ils ont tordu le message des Ecritures, et qu'ils l'ont remplacé par leurs traditions, ils ont été mis de côté. Toutefois, au milieu des nations apostates, il a toujours existé un reste fidèle au Seigneur, selon l'élection de la grâce. Ce sont ceux qui ont la foi. Ils font partie du véritable Israël de Dieu. Il en est de même dans l'Eglise du Nouveau Testament.

J'ai étudié les livres d'Histoire, pour y retrouver la trace de l'Epouse fidèle de Christ. J'ai été consterné de voir combien de Chrétiens engagés ont renié la divinité du Seigneur Jésus, lors de l'hérésie arienne. J'ai été étonné de voir que dès le second siècle, certains Chrétiens avaient abandonné l'Evangile, pour accepter des fausses doctrines, comme celle du Purgatoire. J'ai été troublé d'apprendre que certains Chrétiens étaient considérés comme hérétiques, pour la simple raison qu'ils refusaient de se conformer aux enseignements de l'Eglise Catholique.

Dieu a donné à l'Eglise Sa Parole, l'Epée de l'Esprit, pour répandre le Royaume de Christ sur la terre. Pourtant, l'Eglise a abandonné ses armes spirituelles. Elle s'est emparée de l'épée pour aller massacrer les Musulmans, lors d'une série de sanglantes Croisades organisées pour reconquérir la "Terre Sainte". Je pleure quand je vois dans quelles superstitions et dans quelles ténèbres d'ignorance sont les gens, concernant la Parole de Dieu. Je voulais voir l'Eglise prêcher l'Evangile et persuader les hommes, mais, au lieu de cela, j'ai vu les tortures organisées par l'Inquisition de l'Eglise de Rome, surtout en Espagne.

Pourtant, même dans les époques les plus enténébrées, Dieu a pu faire briller de précieux rayons de lumière. Il y a toujours eu des hommes comme Savonarole, Wycliffe et Huss. Il a suscité des oasis de vie dans les déserts les plus arides. Il a toujours existé des Chrétiens véritables, aussi bien au sein des Eglises Catholiques d'Occident et d'Orient, qu'en dehors de ces Eglises. C'était le cas des Vaudois. Car Christ a promis qu'Il bâtirait Son Eglise, et que les portes de l'Enfer ne prévaudraient pas contre elle.

Il en est de même aujourd'hui. Il existe toujours des Chrétiens et des églises fidèles. On les reconnaît à leur obéissance à la vérité de l'Evangile.

Question 7:

Croyez-vous que Marie est restée vierge toute sa vie? Beaucoup de Catholiques auxquels je parle croient qu'elle est toujours restée vierge.

Réponse de Joe Mizzi:

Marie était vierge quand Jésus a été conçu dans son sein. Des siècles avant Sa naissance, le prophète Esaïe avait fait cette prophétie: "C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, et elle lui donnera le nom d'Emmanuel" (Esaïe 7:14).

Cette prophétie s'est accomplie en Christ, ainsi que l'a affirmé l'évangéliste Matthieu: "Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d'Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous" (Matthieu 1:23).

Tous les Chrétiens croient que Christ est né d'une vierge. C'est important. Tout d'abord, parce qu'il fallait que Christ accomplisse les prophéties bibliques concernant le Messie. Sinon, Jésus de Nazareth n'aurait pas pu démontrer qu'Il était le Messie promis. Ensuite, la doctrine de la naissance virginale de Jésus est fondamentale, parce que Jésus n'est pas un simple être humain. Il est aussi le Fils de Dieu. La naissance virginale de Jésus permet d'expliquer la double nature de Christ, qui est à la fois Dieu et homme.

Mais Marie est-elle restée vierge tout le reste de sa vie? Ce qui est curieux, c'est que l'on puisse poser cette question! Quelle est donc la signification théologique de la virginité perpétuelle de Marie? Devons-nous considérer la virginité comme un état plus béni que celui du mariage? C'est pourtant ce qu'enseigne l'Eglise Catholique, qui vous maudit même si vous pensez autrement: "Si quelqu'un dit que le mariage est supérieur à la virginité ou au célibat, et qu'il n'est pas préférable de rester vierge ou célibataire, plutôt que de se marier, qu'il soit anathème" (Concile de Trente).

Dès le début de l'histoire de l'Eglise, l'ascétisme, le monachisme et le célibat ont commencé à être considérés comme des moyens de sanctification. Les relations sexuelles, même dans le cadre du mariage, étaient considérées comme une cause de souillure. Compte tenu de ce préjugé, il n'est pas surprenant que l'on ait vu paraître le culte de la Vierge. C'est ainsi qu'Epiphane a pu écrire en 375:

"Le titre de Vierge est toujours associé à la Sainte Marie, car cette sainte femme a été préservée de toute souillure".

Mais cela est contraire à l'enseignement de l'Ecriture: "Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure" (Hébreux 13:4). La Bible compare la relation d'amour entre Christ et Son Eglise à la relation conjugale entre un mari et son épouse: "C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. Ce mystère est grand; je dis cela par rapport à Christ et à l'Eglise" (Ephésiens 5:31-32).

Si l'on écarte donc ce préjugé contre le don divin de la vie sexuelle, nous devons penser que Marie et son époux Joseph ont eu une vie conjugale normale, après la naissance de Jésus-Christ.

Après avoir dit que Christ était né d'une vierge, l'évangéliste Matthieu ajoute: "Joseph s'étant réveillé fit ce que l'ange du Seigneur lui avait ordonné, et il prit sa femme avec lui. Mais il ne la connut point jusqu'à ce qu'elle eût enfanté un fils, auquel il donna le nom de Jésus" (1:24-25). Le verbe "connaître" est l'expression biblique désignant l'acte sexuel. Joseph n'a donc pas connu Marie jusqu'à la naissance de son premier-né, Jésus. L'implication est suffisamment claire.

Les Evangiles mentionnent aussi que Jésus avait des frères et des sœurs: "N'est-ce pas le fils du charpentier? N'est-ce pas Marie qui est sa mère? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères? E t ses sœurs ne sont-elles pas toutes parmi nous? D'où lui viennent donc toutes ces choses?" (Matthieu 13:55-56).

Les auteurs Catholiques font tout ce qu'ils peuvent pour trouver des excuses leur permettant d'expliquer pourquoi Jésus avait des frères et des sœurs, tout en affirmant que Marie est restée vierge toute sa vie! Ils invoquent même des écrits apocryphes, comme le Proto-Evangile de Jacques. Certains disent qu'il s'agissait d'enfants d'un premier mariage de Joseph. D'autres prétendent qu'il s'agissait de cousins, ou de proches parents. Mais, si c'était le cas, pourquoi les auteurs bibliques ont-ils employé les mots de "frères" et "sœurs", au lieu de parler de "cousins" ou de "proches parents"? (Voir aussi Luc 1:36 et Colossiens 4:10). Si l'on veut bien lire honnêtement le Nouveau Testament, on doit en conclure que Marie est restée vierge jusqu'à la naissance de Jésus-Christ. On ne peut fonder sur la Bible la doctrine de la virginité perpétuelle de Marie, à moins de tordre les Ecritures jusqu'au point de rupture. Cependant, malgré ce défaut de preuves bibliques, l'Eglise Catholique va jusqu'à maudire tout Chrétien qui ne croirait pas en la virginité perpétuelle de Marie: "Si quelqu'un refuse de confesser que Christ S'est incarné dans la sainte et glorieuse Mère de Dieu, Marie toujours Vierge, de laquelle Il est né, qu'il soit anathème" (Second Concile de Constantinople).

Question 8:

Qu'enseigne l'Eglise Catholique Romaine en ce qui concerne l'Immaculée Conception? Quelle est la signification de ce dogme?

Réponse de Joe Mizzi:

Voici ce que l'Eglise Catholique enseigne: "Tout au long des siècles passés, l'Eglise a pris de plus en plus conscience que Marie, "à qui une grâce a été faite" de la part du Seigneur (Luc 1:28), a été rachetée dès le moment de sa conception. C'est ce que déclare le dogme de l'Immaculée Conception, proclamé par le Pape Pie IX en 1854: "La Très Sainte Vierge Marie fut préservée de toute souillure du péché originel, dès le premier moment de sa conception, par une grâce singulière et un privilège accordés par le Dieu Tout-Puissant, et en raison des mérites de Jésus-Christ, le Sauveur de l'espèce humaine (Pie IX, Ineffabilis Deus, 1854)" (Catéchisme de l'Eglise Catholique, paragraphe 491).

Pendant des siècles, il y eut un grand débat dans l'Eglise, avant que le dogme de l'Immaculée Conception soit proclamé en 1854. Les théologiens Catholiques admettent que cette doctrine n'est pas révélée explicitement dans l'Ecriture. Le Catéchisme fait seulement référence à Luc 1:28 comme preuve biblique. Pourtant, ce verset ne peut absolument pas signifier que Marie ait été conçue sans péché. La même expression est employée dans Ephésiens 1:6, concernant tous les Chrétiens! Personne ne prétend pourtant que tous les Chrétiens ont été conçus sans péché dans leur nature humaine!

Au cours des premiers siècles de l'Eglise, il n'est jamais fait mention de l'Immaculée Conception.

"Les premiers écrits en faveur de ce dogme ne sont apparus qu'au douzième siècle, sous la plume d'un moine anglais appelé Eadmer. Parmi ceux qui se sont opposés à ce dogme figurent des personnalités qui sont pourtant révérées par l'Eglise de Rome: Bernard de Clairvaux, Peter Lombard, Saint Bonaventure, et Saint Thomas d'Aquin, pour ne citer qu'eux. Ce n'est qu'au quatorzième siècle que Duns Scot élabora une théorie qui fut reprise par les Franciscains, ardents défenseurs de ce dogme, dans leurs débats avec les Dominicains, qui leur étaient violemment opposés" (H.M. Carson, Roman Catholicism Today).

Contrairement à cet enseignement catholique, la Bible enseigne clairement que "tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu" (Romains 3:23). Tous les descendants d'Adam partagent sa nature de péché: "C'est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché"

(Romains 5:12). Tous les hommes ont donc besoin d'être sauvés. Marie elle-même appelle Dieu

"mon Sauveur" (Luc 1:47). Il est évident qu'elle ne connaissait pas le dogme catholique de l'Immaculée Conception!

La Bible déclare que seul Christ est né sans péché (Hébreux 4:15). Christ seul est Immaculé dès Sa conception. C'est pour cela que Christ, qui n'a jamais connu le péché, "a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice" (1 Pierre 2:24).

Les implications de ce dogme sont très sérieuses. Voici ce que le Pape a déclaré:

"Par conséquent, si quelqu'un ose - à Dieu ne plaise! - penser différemment de ce que nous avons défini, qu'il sache et comprenne qu'il se condamne par son propre jugement, qu'il a fait naufrage par rapport à la foi, et qu'il s'est coupé de l'unité de l'Eglise. En outre, en raison de ses propres actions, il s'expose à subir les peines définies par la loi, s'il exprime oralement, par écrit, ou par tout autre moyen, les erreurs qu'il a acceptées dans son cœur" (Pie IX, Ineffabilis Deus).

Le Magistère de l'Eglise Catholique (c'est-à-dire le pape et les évêques) voudrait nous faire croire à cette doctrine que ni les Ecritures ni les Pères de l'Eglise ont enseignée. Ce sont les saintes Ecritures qui peuvent nous rendre sages à salut, par la foi en Jésus-Christ (1 Timothée 3:15). Nous n'avons besoin d'aucune doctrine étrangère à la Bible pour être sauvés. En fait, c'est l'Eglise Catholique qui a "fait naufrage par rapport à la foi", en acceptant une doctrine qui est contraire à l'enseignement de la Bible. C'est elle qui s'est coupée de l'unité de l'Eglise. La véritable Eglise n'a jamais rien eu à voir avec les inventions théologiques de l'Eglise de Rome.

Question 9:

Mes amis me disent que les apparitions de la Vierge Marie sont en réalité des manifestations du diable, qui se fait passer pour un ange de lumière. Si cela était vrai, pourquoi ces apparitions nous demandent-elles de nous convertir et de revenir à son Fils Jésus? Il me semble que Satan ne voudrait surtout pas que nous le fassions! Comment ces apparitions pourraient-elles venir du Malin?

Réponse de Joe Mizzi:

Vos amis pourraient certainement avoir raison! Voici l'avertissement que nous donne la Bible:

"Satan lui-même se déguise en ange de lumière" (2 Cor. 11:14). Cela signifie qu'il peut apparaître comme un messager de Dieu. Il nous faut donc admettre que certaines apparitions attribuées à Marie, pour ne pas dire toutes, peuvent être des apparitions du diable, qui se déguise pour tromper et séduire.

L'Eglise Catholique elle-même ne reconnaît pas officiellement comme authentiques toutes les apparitions attribuées à la Vierge Marie. Le Vatican approuve certaines apparitions, mais pas d'autres. Souvent, il ne publie aucune directive officielle. Comment donc savoir avec certitude si telle apparition est bien une apparition de Marie? Pour le fidèle Catholique, la réponse est simple: il ne peut dépendre que de la décision du Vatican. Il doit donc faire confiance à la décision des autorités de l'Eglise, et non pas aux déclarations des apparitions. L'Eglise Catholique veut toujours garder ses fidèles dans la soumission à ce qu'elle décrète!

Beaucoup de Catholiques fervents attachent une grande importance aux apparitions de Marie. Il est donc d'autant plus important pour eux d'exercer leur discernement et de rester prudents, de peur d'être induits en erreur. Car le but du diable est de nous tromper et de nous induire en erreur. Il est suffisamment intelligent pour nous donner un message qui semble venir de Dieu. Il n'est donc pas surprenant qu'il puisse demander "de se convertir" et de "revenir au Fils de Dieu"!

Par ailleurs, vous ne devriez avoir aucune difficulté à reconnaître le caractère mensonger de certains messages, si vous connaissez la Parole de Dieu! Par exemple, la prétendue Marie a donné un scapulaire lors d'une apparition. Sur ce scapulaire était écrit: "Tous ceux qui mourront en portant ce scapulaire ne connaîtront pas le feu éternel". Qu'en pensez-vous? Accepteriez-vous de confier votre destinée éternelle à un tel message? Croyez-vous vraiment que le fait de porter ce bout d'étoffe autour de votre cou vous garantisse le salut? Ou préfèreriez-vous faire confiance à la Parole de Dieu, qui affirme que "Dieu a tant aimé le monde, qu'Il a donné Son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle"? (Jean 3:16).

Nous avons besoin d'un message qui vienne vraiment du Ciel. Nous avons besoin que Dieu réponde aux questions qui nous sont réellement vitales: "Que dois-je faire pour être sauvé? Est-ce que Dieu nous a parlé? Est-ce que Dieu nous a révélé ce que nous avons besoin de savoir? Y a-t-il des informations importantes qui ne seraient pas dans la Bible?"  "Dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ" (2 Timothée 3:15).

Si la Bible nous suffit (et elle nous suffit!), nous n'avons besoin d'aucun autre message. Nous ne devons rien ajouter au saint message de la Bible. N'oublions pas les avertissements de la Bible concernant les ruses du Malin!

Je vous conseillerai donc fortement de vous en tenir à ce qui est écrit dans les Ecritures. Elles sont pour nous un guide sûr pour le Ciel!

Question 10:

Pourquoi avez-vous changé d'attitude envers Marie, la mère de Jésus?

Réponse de Joe Mizzi:

Quand j'étais un jeune Catholique, j'étais très consacré à la "Madone". Le soir, quand je priais, je lui demandais tout particulièrement de garder mon âme. J'ai changé d'attitude envers Marie quand j'ai commencé à lire la Bible. J'ai été très surpris de voir que la Bible ne dit pas grand-chose sur Marie. Les dernières paroles qui sont rapportées d'elles sont le sage conseil qu'elle a donné aux serviteurs, lors de la noce de Cana: "Faites tout ce qu'il vous dira". La dernière mention de Marie dans la Bible se trouve dans Actes 2: elle priait dans la chambre haute avec les disciples, avant la venue du Saint-Esprit. Galates 4:4 la mentionne encore brièvement, sans la nommer: "Lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme".

Par la grâce de Dieu, Marie a reçu l'unique privilège de devenir la mère du Seigneur Jésus-Christ. Aucune autre personne n'a eu, et n'a pu avoir, le même privilège. Toutefois, nous ne devons pas attribuer à Marie un rôle que Dieu ne lui a pas donné. Elle n'est pas le sauveur. Seul Jésus est le Sauveur. Elle n'est pas notre médiatrice. Jésus est le seul médiateur (veuillez lire 1 Timothée 2:5).

J'avais l'habitude d'invoquer le nom de Jésus et celui de Marie pour mon salut, jusqu'à ce que je lise ce que l'apôtre Pierre a écrit concernant Christ : "Il n'y a de salut en aucun autre; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés" (Actes 4:12).

A présent, j'invoque le nom de Jésus seul pour mon salut. Car Il est Dieu venu dans une chair semblable à la nôtre, pour mourir pour les péchés de Son peuple. En agissant ainsi, je respecte Marie bien plus que je ne le faisais quand j'étais Catholique. Car, à présent, je suis son exemple, et j'accomplis le plus grand désir de son cœur: "Et Marie dit: Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur" (Luc 1:46-47).

Son désir était de ne pas s'exalter elle-même. Pourtant, beaucoup de gens l'ont exaltée depuis des siècles, contrairement à son désir explicite: "Mon âme exalte le Seigneur".

En outre, Marie nous enseigne, à propos du salut, à nous confier en Dieu seul, car elle ne s'est pas confiée en elle-même, ni en quelque autre saint. Elle s'est confiée en Dieu seul. Elle a dit: "Mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur". Si vous respectez Marie, et je sais que vous le faites, exaltez le Seigneur comme elle l'a fait; confiez- vous en Dieu pour votre salut, comme elle l'a fait.

Question 11:

On m'a enseigné que le rosaire est conforme aux Ecritures, parce qu'il parle de la vie de Christ. Le "Je vous salue Marie", dans sa première partie, est tiré directement de la Bible. Qu'en pensez-vous?

Réponse de Joe Mizzi:

Considérez tout d'abord la forme du rosaire: il s'agit de 10 répétitions du "Je vous salue Marie", cinq fois de suite! Qu'est-ce que notre Seigneur a dit, à propos des prières répétitives?

"Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés" (Matthieu 6:6-7).

La prière est l'expression spontanée de notre cœur devant Dieu, que ce soit une louange, une action de grâces, une confession, ou une demande. Le fait de répéter sans cesse la même prière tend à abrutir l'intelligence. Ensuite, et c'est plus important, remarquez bien que Jésus nous demande d'adresser notre prière à Dieu: "Prie ton Père".

Il n'y a aucun exemple, dans toute la Bible, d'un Chrétien qui adresserait une prière à quelqu'un d'autre que Dieu. Pour une bonne raison. Car, pour entendre nos prières, les prières de milliers de personnes qui prient en même temps, il faut être omniscient et omniprésent. Dieu seul est omniscient et omniprésent. Dieu seul connaît toutes choses:

"Si un homme, si tout ton peuple d'Israël fait entendre des prières et des supplications, et que chacun reconnaisse la plaie de son cœur et étende les mains vers cette maison, exauce-le des cieux, du lieu de ta demeure, et pardonne; agis, et rends à chacun selon ses voies, toi qui connais le cœur de chacun, car seul tu connais le cœur de tous les enfants des hommes" (1 Rois 8:38-39).

Dieu connaît les cœurs, et Il entend nos prières. Mais Marie n'est pas Dieu. Elle est un être humain limité. Elle ne connaît pas les cœurs de tous les hommes. Seul Dieu connaît le cœur de tous les hommes.

Enfin, quand les Catholiques adressent à Marie cette prière: "Priez pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort", ils placent leur confiance, en ce qui concerne leur salut, entre les mains d'une créature, au lieu de la placer dans le Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ. Marie elle-même ne l'a pas fait, parce qu'elle a confessé que Dieu était son Sauveur.

Voici comment le Catéchisme Catholique explique le "Je vous salue Marie": "Notre confiance va encore plus loin, déjà maintenant, au point de remettre entièrement à ses soins l'heure de notre mort" (paragraphe 2677).

Je vous prie de lire Actes 7:59 dans votre Bible. Vous y verrez comment un Chrétien se comporte à l'heure de sa mort. A qui Etienne a-t-il confié son esprit, juste avant de mourir? Ensuite, posez-vous cette question: "A qui vais-je confier l'heure de ma mort, à Marie, une créature sauvée, ou au Seigneur Jésus, notre Dieu et notre Sauveur?

Question 12:

Je lis dans 1 Corinthiens 1:18: "Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu". J'ai été intéressé d'apprendre que le texte grec dit: "mais pour nous qui sommes en train d'être sauvés". Que pensez-vous de l'emploi de cette forme verbale? J'ai toujours cru que le salut était donné à un moment particulier, et qu'il n'était pas un processus graduel. (Question posée par un Protestant).

Réponse de Joe Mizzi:

Il y a trois aspects dans le salut: un aspect passé, un aspect présent, et un aspect futur. Celui qui est Chrétien est passé par le salut. C'est le temps passé qui est employé par exemple dans Ephésiens 2:8: "Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu". C'est pourquoi l'apôtre Paul parle de la justification comme une possession présente du Chrétien: "A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère" (Romains 5:9). Dans ce sens, le salut est un événement précis, déjà accompli dans le passé.

Il y a aussi un aspect présent dans le salut. Il s'agit de la "sanctification". Le Chrétien, étant passé par la nouvelle naissance, croît en grâce et en connaissance en Christ, pour devenir de plus en plus semblable à Lui. Il est justifié et libéré de la condamnation. Il est en train d'être libéré de la pratique du péché, et apprend à vivre saintement. C'est un processus qui s'étend sur toute la vie. L'apôtre Paul avait sans doute cet aspect du salut à l'esprit en écrivant 1 Corinthiens 1:18.

Il y a un troisième aspect au salut, qui est futur. Il s'agit de notre "glorification". Il faut encore que nous soyons débarrassés de ce corps mortel, pour recevoir un corps immortel et glorifié: "Nous aussi, qui avons les prémices de l'Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l'adoption, la rédemption de notre corps. Car c'est en espérance que nous sommes sauvés. Or, l'espérance qu'on voit n'est plus espérance: ce qu'on voit, peut-on l'espérer encore?" (Romains

8:23-24).

Le jugement vient sur le monde. La colère de Dieu va se déverser sur une humanité pécheresse. Cependant, les Chrétiens nés de nouveau seront sauvés de cette colère. Relisez Romains 5:9 cité plus haut: nous serons (au futur) sauvés de la colère de Dieu.

Suis-je sauvé? Oui! J'ai été sauvé de la culpabilité du péché. Je suis en train d'être sauvé de la puissance du péché dans ma vie. Et je serai sauvé de la colère de Dieu, ainsi que de la présence du péché, quand Jésus-Christ va revenir pour nous prendre avec Lui.

Question 13:

Pourriez-vous me dire pourquoi la Bible est la Parole de Dieu? Est-il dit dans la Bible que "ce livre est de Dieu"? Et même si la Bible le disait, comment pourrions-nous savoir que c'est vrai?

Réponse de Joe Mizzi:

La Bible est la Parole de Dieu. Dans le seul Ancien Testament, il est écrit près de 4000 fois des phrases telles que celles-ci: "Le Seigneur dit", "Le Seigneur ordonna", "Ainsi parle le Seigneur". C'est pour cela qu'il est écrit: "Car ce n'est pas par une volonté d'homme qu'une prophétie a jamais été apportée, mais c'est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu" (2 Pierre 1:21).

Qui aurait pu écrire la Bible? Des anges? C'est impossible, car ils auraient menti, puisqu'il est écrit dans la Bible"Ê: "Ainsi parle le Seigneur". Des mauvais esprits? Non, car Satan et ses démons n'aiment pas être exposés pour ce qu'ils sont. Ce ne sont pas eux qui commandent aux hommes "d'adorer le Seigneur et de Le servir, Lui seul". Les mauvais esprits ne veulent pas que les hommes se repentent, comme l'ordonne la Bible. Des hommes impies n'auraient jamais écrit de telles dénonciations tranchantes du péché, comme nous en trouvons régulièrement dans les Ecritures.

Ils se condamneraient eux-mêmes à l'Enfer! Est-ce que ce sont des hommes de bien qui auraient écrit la Bible? Non, car les hommes de bien, en eux-mêmes, sont incapables d'écrire des paroles aussi sublimes, que l'œil n'a jamais vues et que l'oreille n'a jamais entendues. D'ailleurs, les hommes de bien ne mentent pas. Ils n'auraient jamais écrit des phrases comme celles-ci: "Toute Ecriture est inspirée de Dieu", si elles sont la vérité. Il n'y a donc aucune autre possibilité. C'est bien Dieu qui a donné aux hommes la Bible, comme elle l'affirme elle-même.

Nous en avons également d'autres preuves, par l'accomplissement des prophéties de la Bible. Aucun autre livre ne contient un aussi grand nombre de prophéties détaillées, qui se sont accomplies à la lettre dans la suite des temps. La probabilité pour qu'elles se soient accomplies par hasard est trop faible pour que l'on puisse la considérer sérieusement.

Enfin, nous constatons l'impact de la Bible sur la vie des hommes. Des millions de gens, pendant des milliers d'années, ont témoigné que l'enseignement de la Bible avait transformé leur vie, et les avait fait passer des ténèbres à la lumière, du désespoir à la foi, du péché à la justice et à l'amour. Pourtant, beaucoup de gens restent sceptiques. Ils ne peuvent apprécier la beauté de la Parole de Dieu, parce qu'ils ne connaissent pas Dieu.

Beaucoup de gens ont entendu Jésus parler et prêcher, mais la plupart n'ont pas reconnu que Ses paroles étaient les paroles mêmes de Dieu. Seul Dieu peut ouvrir les yeux des aveugles pour qu'ils voient. Je reconnais la voix de mon Père céleste dans les Ecritures, parce qu'Il m'a adopté comme Son fils. Jésus a dit: "Celui qui est de Dieu, écoute les paroles de Dieu; vous n'écoutez pas, parce que vous n'êtes pas de Dieu" (Jean 8:47).

Question 14:

Où est-il écrit dans la Bible que nous devons fonder toutes nos croyances sur les enseignements de la Bible? Il n'est pas biblique d'affirmer que seule la Bible est inspirée de Dieu.

Réponse de Joe Mizzi:

Tous les disciples de Christ obéissent au Seigneur. Ils se sont engagés à croire et à obéir à Sa Parole. Le Chrétien ne permettra à personne d'usurper le trône de son Seigneur. En outre, tous les Chrétiens croient que la Bible est la Parole de Dieu. Ils sont donc toujours prêts à accepter ses enseignements, ses commandements et ses instructions.

Vous pourriez me dire: "Oui, les Chrétiens doivent obéir à la Bible. Mais pourquoi dites-vous que seule la Bible est revêtue de l'autorité divine?"

Pour vous répondre, permettez-moi de vous poser moi aussi quelques questions. Que voudriez-vous ajouter à la Bible? Les raisonnements et la philosophie des hommes, comme le font les libéraux? Non, car la parole des hommes ne peut jamais égaler la Parole de Dieu.

Peut-être aimeriez-vous quelques nouvelles révélations? Il fut un temps où Dieu donnait des révélations aux hommes, car Il leur révélait Son plan de salut. Il fut même un temps où il n'y avait aucune révélation écrite, et où Dieu parlait d'une voix audible à des hommes comme Adam, Noé et Abraham. Il fut un temps où la Parole de Dieu fut donnée par les paroles des apôtres et des prophètes, ainsi que par leurs écrits. La révélation de Dieu a atteint sa plénitude dans la proclamation de Christ par les messagers qu'Il a envoyés, les apôtres. Au cours de l'ère apostolique, la foi chrétienne fut transmise une fois pour toutes à l'Eglise, comme le dit Jude: "Bien-aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes" (Jude 3).

Il n'est donc pas bon de chercher de nouvelles révélations, quand la Bible déclare que la foi chrétienne nous a déjà été transmise. Que dire de la Tradition? Est-il possible que Dieu nous donne un ensemble de vérités qui seraient différentes et distinctes de l'enseignement de la Bible? Les enseignements de la Tradition sont-elles des vérités qui ont franchi les siècles pour nous parvenir inchangées, sous une forme orale et non- écrite?

Certainement pas! Au cours de Son ministère terrestre, le Seigneur Jésus n'a pas reproché aux Juifs d'être attachés aux paroles des anciens prophètes, qui auraient été transmises de manière orale. Au contraire, il leur a reproché de conserver des traditions humaines qui sapaient l'autorité de la Bible écrite. Veuillez lire le chapitre 7 de l'Evangile de Marc. Hélas, l'histoire se répète, car c'est la Tradition de l'Eglise Catholique qui lui a fait accepter les statues et les images, les jeûnes obligatoires, le célibat des prêtres, le sacrifice de la messe, le confessionnal, le Purgatoire, etc…

Ce sont des pratiques et des doctrines qui ne sont pas enseignées par la Bible, et qui contredisent même les enseignements clairs de l'Ecriture. Finalement, sommes-nous autorisés à accorder à l'enseignement de l'Eglise la même autorité que celui de la Bible? Nous devons certainement écouter et respecter les enseignants donnés par Dieu à Son Eglise. Mais leur devoir est d'étudier et d'enseigner la Parole de Dieu, pas d'inventer de nouveaux enseignements!

Dieu ne leur accorde aucune révélation nouvelle. En outre, ils ne sont pas infaillibles. S'ils l'étaient, Paul n'aurait pas écrit: "Examinez toutes choses; retenez ce qui est bon" (1 Thess. 5:21). Pourquoi l'apôtre Jacques nous conseille-t-il de ne pas avoir parmi nous "un grand nombre de personnes qui se mettent à enseigner, car vous savez que nous serons jugés plus sévèrement. Nous bronchons tous de plusieurs manières". (Jacques 3:1-2).

Bref, la Bible est bien la Parole de Dieu. Elle est revêtue d'une autorité unique. C'est pour cela que les Chrétiens considèrent que l'autorité de la Bible est divine et absolue. Christ a rejeté la tradition des hommes. Christ a prouvé (et comment!) que les docteurs de la loi n'étaient pas infaillibles. Christ Lui-même a montré qu'Il accordait une confiance absolue aux Ecritures, car elles sont la Parole de Dieu. Je suis Son disciple, et je fais de même. C'est la raison pour laquelle je crois en l'Ecriture seule (Sola Scriptura).

Question 15:

C'est l'Eglise Catholique qui nous a donné la Bible. Pourquoi ne devriez-vous donc pas suivre les interprétations de la Bible données par l'Eglise Catholique?

Réponse de Joe Mizzi:

Ce n'est pas l'Eglise Catholique qui nous a donné la Bible. La Bible a été donnée par Dieu à Son peuple, l'Eglise. Aucune autre explication n'est valable.

Mais je pense que vous parlez du processus d'identification du canon de l'Ecriture, c'est-à-dire de la liste des livres qui sont inclus dans la Bible. Le mot grec "kanon" signifie "étalon de mesure". Dans le Christianisme, le "canon" désigne la collection complète des écrits inspirés, qui représentent le fondement de notre foi. Le canon des Ecritures a été achevé lorsque l'apôtre Jean a écrit le dernier livre de la Bible, l'Apocalypse. Toutefois, les 27 livres qui composent le Nouveau Testament n'ont pas été réunis en un seul ouvrage dès le début.

Cela ne s'est fait qu'à l'issue d'un long processus historique. Les quatre Evangiles, les Actes des Apôtres, et la plupart des épîtres, ont été rapidement reconnus par les églises comme faisant partie des Saintes Ecritures. Mais il restait quelques incertitudes concernant certains livres. Ce fut l'Eglise Orthodoxe d'Orient qui reconnut la première l'inspiration des 27 livres du Nouveau Testament, en 367. Les livres canoniques furent listés dans la lettre de Pâques écrite par Athanase à Alexandrie. Plus tard, aux Conciles de Hippo, en 393, et de Carthage, en 397, l'Eglise d'Occident accepta à son tour ces mêmes livres comme canoniques.

Est-ce que cela signifie que l'Eglise soit infaillible? Si elle ne l'est pas, comment pouvons-nous être certains que seuls ces livres soient canoniques, à l'exclusion de tout autre? L'Eglise n'est pas infaillible. Mais c'est le Dieu Tout-Puissant qui a, par Sa providence, guidé Son Eglise faillible, pour nous transmettre correctement Sa Parole. Ses brebis entendent Sa voix, comme Jésus l'a promis, et elles n'écouteront pas la voix d'un étranger. C'est un processus semblable à celui qui a formé le canon de l'Ancien Testament. C'est Dieu qui a donné à Son peuple ces livres inspirés. Les dirigeants des Juifs, et tout le peuple, ont reconnus comme inspirés un ensemble de livres, qu'ils ont appelé "Ecriture sacrée". Jésus et les apôtres utilisaient les Ecritures quand ils discutaient avec les Juifs. Cela implique, bien entendu, qu'il existait un canon reconnu par tous, et que personne ne contestait.

Pourtant, il est clair que ces mêmes Juifs qui avaient accepté le canon n'étaient pas eux-mêmes infaillibles. Jésus n'a pas reconnu comme infaillibles les conducteurs des Juifs, dont les ancêtres avaient reconnu les écrits de la Bible. En fait, ils se trompaient sur bien des problèmes de doctrine et de morale, au point qu'ils crucifièrent le Messie prophétisé dans ces mêmes écrits. Nous pouvons donc avoir toute confiance dans le fait que Dieu est intervenu providentiellement dans l'histoire, pour que nous connaissions Ses écrits inspirés.

Mais nous serions sages de suivre l'exemple de Jésus et des apôtres, qui n'attribuaient aucune infaillibilité à l'Eglise, même s'Il l'a utilisée pour transmettre Sa Parole. Nous remercions Dieu de nous avoir donné Sa Parole sous une forme écrite. Ne perdons donc pas notre temps à discuter du canon des Ecritures, sur lequel Catholiques et Protestants sont d'accord. Continuons plutôt à étudier ces livres sacrés, pour connaître la volonté de Dieu, et pour corriger les fausses doctrines qui se sont infiltrées dans l'Eglise.

Question 16:

Comment savez-vous que votre Bible est la bonne, et pas la Bible Catholique?

Réponse de Joe Mizzi:

La Bible Protestante est la même que la Bible Catholique, à l'exception des livres Apocryphes, qui ne se trouvent pas dans la Bible Protestante. Les livres Apocryphes se trouvent tous dans l'Ancien Testament. Ils consistent en 15 morceaux de littérature juive, écrits autour de 200 avant Jésus-Christ. Ils sont inclus dans la traduction grecque des Ecritures juives, connue sous le nom de "Bible des Septante". Voici le titre de ces livres Apocryphes: Maccabées 1 et 2, Tobie, Judith, l'Ecclésiastique ou Siracide, le livre de la Sagesse, Baruch, les additions aux livres d'Esther et de Daniel, la prière de Manassé, Esdras 1 et 2. Ces trois derniers livres ne sont pas considérés comme inspirés par l'Eglise Catholique. Aucun de ces livres ne prétend être inspiré.

Au contraire, l'auteur de l'Ecclésiastique demande pardon à ses lecteurs pour toutes ses inexactitudes, et l'auteur des Maccabées conclut par ces mots: "Si ce livre est bien écrit et exact, c'est ce que je voulais; s'il est mal rédigé et médiocre, c'est le meilleur que j'ai pu rédiger". Ce n'est pas le langage de l'inspiration divine! Ce qui est plus sérieux, c'est que les Apocryphes enseignent des doctrines qui contredisent les Ecritures. Par exemple, Ecclésiastique 3:3, 30 contredit Galates 2:16, 21; 3:10-14. Tobie 12:9 contredit 1 Jean 1:7 et Hébreux 9:22; Sagesse 8:19-20 contredit Romains 3:10. Ils encouragent aussi des pratiques qui ne sont pas conformes aux Ecritures: Ecclésiastique 12:4-7 ne s'accorde pas avec Luc 6:27-38 et Matthieu 5:43-48.

Il faut savoir que ces livres Apocryphes n'étaient pas considérés comme canoniques par les Juifs. Ils sont aussi écrits en grec, et ne font pas partie du Texte Massorétique, qui reprend les textes hébreux inspirés des Ecritures Juives. Josèphe, historien Juif, considère comme acquis le fait que les Juifs admettaient comme inspirés les seuls écrits qui ont été repris par la suite dans la Bible Protestante. A ce jour, les Juifs conservent toujours le même canon de l'Ancien Testament que celui de la Bible Protestante. Le fait que les Juifs aient rejeté les livres Apocryphes est très significatif, car c'est à eux qu'ont été confiés les oracles de Dieu:

"Quel est donc l'avantage des Juifs, ou quelle est l'utilité de la circoncision? Il est grand de toute manière, et tout d'abord en ce que les oracles de Dieu leur ont été confiés" (Romains 3:1-2).

Le Nouveau Testament contient environ 260 citations directes, et 370 allusions aux livres inspirés de l'Ancien Testament. Lorsque Jésus ou les apôtres citaient ou évoquaient les livres de l'Ancien Testament, il est clair qu'ils les considéraient comme inspirés et canoniques. Par exemple, dans Jean 10:34-35, le Seigneur Jésus cite le Psaume 82:6.

Il ajoute aussitôt que l'Ecriture ne peut pas être anéantie. Quand l'apôtre Paul dit "Il est écrit", en faisant référence à l'Ancien Testament, c'est qu'il fonde son enseignement sur une assise solide. Le Nouveau Testament atteste donc l'autorité divine de l'Ancien Testament. Il est significatif qu'il ne comprenne aucune citation des livres Apocryphes qui impliquerait l'inspiration divine de ces écrits. Nous devons ajouter que les auteurs du Nouveau Testament citent parfois des écrits qui ne font pas partie des Saintes Ecritures. Par exemple, l'apôtre Paul cite des poètes et écrivains païens (1 Cor.15:33 et Actes 17:28); Jude cite des extraits des livres apocryphes Juifs d'Enoch et de l'Assomption de Moïse. Il peut y avoir d'autres allusions à certains livres apocryphes, comme Hébreux 11:35, qui peut faire allusion à 2 Maccabées 7:1-29 ou aux écrits de l'historien Josèphe. Manifestement, un auteur biblique peut citer un extrait d'un livre, parce qu'il considère cet extrait comme vrai, sans que cela implique l'inspiration divine de tout ce livre. Personne ne soutiendrait que les poètes grecs cités par Paul, sont des auteurs inspirés, ni que l'Assomption de Moïse pourrait faire partie des livres canoniques. Il en est de même pour toutes les références faites aux livres Apocryphes.

Comment se fait-il donc que les livres Apocryphes se retrouvent dans la Bible Catholique? Au début du deuxième siècle après Jésus-Christ, les premières traductions en latin de la Bible furent réalisées à partir de la Bible des Septante, qui comprenait les Apocryphes. Saint Augustin et Saint Jérôme, ces deux grands Pères de l'Eglise, étaient en conflit à propos des Apocryphes. Saint Augustin acceptait les Apocryphes, parce qu'il utilisait la Bible des Septante. Cette Bible était très répandue en Afrique du Nord. Jérôme était l'un des rares Pères de l'Eglise qui connaissait à la fois l'Hébreu et le Grec. Il rejetait les Apocryphes, parce qu'il savait que ces écrits n'étaient pas acceptés par les Juifs, et ne faisaient pas partie du canon reconnu en Palestine.

Les Conciles de Hippo et de Carthage, au quatrième siècle, ont été fortement influencés par Saint Augustin. Ils ont inclus les Apocryphes dans le canon de l'Ancien Testament. Toutefois, nous devons ajouter que, contrairement à ce que veulent faire entendre les apologistes Catholiques, les Apocryphes ne furent pas officiellement reconnus comme canoniques par l'Eglise Catholique lors des Conciles de Hippo et de Carthage. L'Eglise Catholique Romaine a rejeté Esdras 1 et 2, qui avaient pourtant été acceptés par les Conciles antérieurs. Dans leur liste actuelle, les Apocryphes n'ont été ajoutés à l'Ancien Testament par l'Eglise Catholique qu'au Concile de Trente, au 16 e siècle.

Jusqu'à l'époque de la Réforme, les Apocryphes, bien que considérés comme canoniques par l'Eglise Catholique, n'étaient toutefois pas placés sur le même plan que les autres écrits de l'Ancien Testament. Saint Jérôme faisait la distinction entre les "livres canoniques" et les "livres ecclésiastiques". Il considérait ces derniers comme de bonnes lectures spirituelles, mais sans leur accorder le statut d'Ecritures inspirées. Le Pape Grégoire le Grand a dit à propos des Apocryphes: "Bien qu'ils ne soient pas canoniques, ils ont été rédigés pour l'édification de l'Eglise". Le Cardinal Cajetan, personnalité importante de l'Eglise Catholique à l'époque de la Réforme, au 16 e siècle, a clairement affirmé que les Apocryphes n'étaient pas canoniques, et ne pouvaient pas être utilisés pour confirmer des positions de foi.

Il ne nous semble donc pas sensé d'ajouter des Apocryphes aux livres de l'Ancien Testament, des siècles après que l'Ancienne Alliance avec les Juifs a été remplacée par la Nouvelle Alliance. L'Eglise du Nouveau Testament ne devrait absolument pas ajouter quoi que ce soit au canon de l'Ancien Testament, tel qu'il a été reçu par les Juifs. Suivant l'exemple du Seigneur Jésus, de Ses apôtres et des auteurs du Nouveau Testament, nous citons souvent des passages de l'Ancien Testament pour édifier notre foi. Comme eux, nous ne faisons jamais référence aux Apocryphes à cet effet.

Question 17:

En tant que Catholique, on m'a toujours enseigné que la Parole de Dieu comprend la Bible, et la Tradition apostolique. La Tradition est aussi la Parole de Dieu, qui nous a été transmise oralement. L'apôtre Paul a écrit: " Ainsi donc, frères, demeurez fermes, et retenez les instructions que vous avez reçues, soit par notre parole, soit par notre lettre" (2 Thess. 2:15).

Réponse de Joe Mizzi:

Vous abordez la différence fondamentale entre le Catholicisme Romain et le Christianisme Evangélique. Pour les Chrétiens, nous devons trouver dans les Ecritures seules tout ce qui contribue à la foi et à la piété. Tandis que le Catholicisme considère que la Parole de Dieu est représentée à la fois par la Bible et la Tradition.

Le mot "Tradition" est employé dans différentes significations. Il est donc important de définir ce que l'Eglise Catholique entend par "Tradition". "Le Concile (de Trente) définit clairement que tout ce qui touche à la vérité et aux règles de la foi sont contenus dans les Ecritures Saintes, ainsi que dans les traditions orales qui nous sont parvenues. Car ces traditions ont été communiquées aux apôtres par la bouche du Seigneur Lui-même, ou par les apôtres, sous l'inspiration du Saint-Esprit. Elles nous ont été ensuite transmises pour ainsi dire de la main à la main". Le Concile de Vatican II ajoute: "La Tradition Sacrée représente la Parole de Dieu transmise par Christ et les apôtres, par le Saint-Esprit, et reprise intégralement par leurs successeurs".

En d'autres termes, la Tradition est un ensemble d'enseignements variés, différents des Ecritures Saintes, qui aurait été parfaitement transmis de génération en génération, par les Papes et les évêques de l'Eglise Catholique.

Vous avez cité 2 Thessaloniciens 2:15 pour fonder ce concept de "Tradition". Mais un examen plus attentif de ce verset nous montre que l'apôtre Paul voulait expliquer quelque chose de différent. Il écrivait aux Chrétiens de Thessalonique, au milieu desquels il avait personnellement œuvré. Il leur dit:

"Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l'Esprit et par la foi en la vérité. C'est à quoi il vous a appelés par notre Evangile, pour que vous possédiez la gloire de notre Seigneur Jésus-Christ. Ainsi donc, frères, demeurez fermes, et retenez les instructions que vous avez reçues, soit par notre parole, soit par notre lettre"

(2 Thess. 2:13-15).

L'apôtre Paul leur avait prêché l'Evangile, et ils avaient cru à la vérité pour être sauvés. A présent qu'il ne se trouvait plus au milieu d'eux, Paul les exhorte à rester attachés à la "parole" qu'il leur avait transmise oralement. Il s'agit des vérités de l'Evangile, et non d'un ensemble d'enseignements variés. Paul avait enseigné ces Chrétiens de deux manières, oralement, et par le moyen de ses lettres.

Il n'y a rien dans ce verset qui puisse faire référence à la parfaite transmission d'un ensemble varié d'enseignements oraux, par une succession d'évêques.

Notre situation est radicalement différente de celle des Thessaloniciens. Ils avaient le privilège d'accueillir un apôtre vivant au milieu d'eux. Nous n'avons plus aucun apôtre aujourd'hui. Ils ont pu entendre un apôtre leur parler. Ce n'est plus notre cas aujourd'hui. Comment pouvons-nous donc apprendre la Parole de Dieu, plusieurs siècles après les apôtres?

Le Seigneur a préservé et transmis le message des apôtres dans le Nouveau Testament. Il n'y a rien de nouveau ici. De même, les prophètes de l'Ancien Testament prêchèrent la Parole de Dieu aux hommes de leur génération. Mais les générations successives n'eurent accès à leur message que par les livres qui composent l'Ancien Testament. Ils n'y ont rien ajouté. Les Juifs étaient censés trouver la Parole de Dieu dans les Saintes Ecritures et elles seules, pas dans quelque tradition orale parallèle. En fait, le Seigneur Jésus leur reproche, dans Marc 7, d'avoir annulé la Parole de Dieu en la remplaçant par leurs traditions.

De même, nous recevons aujourd'hui les enseignements des prophètes et des apôtres dans les écrits inspirés des Ecritures du Nouveau Testament.

Irénée s'est exprimé ainsi: "Nous n'avons eu connaissance du plan du salut que par ceux qui nous ont transmis l'Evangile. Ils l'ont, en leur temps, proclamé publiquement. Par la suite, selon la volonté de Dieu, ils nous ont transmis ce message dans les Ecritures, pour qu'il devienne le fondement et le pilier de notre foi" (Saint Irénée, Contre les Hérésies, III.1.1).

Question 18:

Comment pouvez-vous interpréter vous-même la Bible? Je dois vous avertir que la Bible nous met en garde contre cela: "Sachant tout d'abord vous-mêmes qu'aucune prophétie de l'Ecriture ne peut être un objet d'interprétation particulière" (2 Pierre 1:20).

Réponse de Joe Mizzi:

Avant de revoir ce passage, je voudrais faire quelques observations. Vous ne comprenez pas vous- même l'illogisme de votre argument. Vous essayez de me persuader de ne pas interpréter moi-même la Bible, en me montrant un verset qui vous semble appuyer votre point de vue. Mais, si je ne devais pas interpréter moi-même la Bible, comment pourrais-je comprendre la signification du verset que vous citez?

Vous ne respectez pas vous-même vos propres règles. Car vous lisez ce passage de l'Ecriture, puis vous utilisez votre intelligence pour comprendre la signification de ce texte. Beaucoup de Catholiques font aujourd'hui la même chose.

Voici sans doute ce que vous voulez réellement dire: "Lisez la Bible autant que vous le voudrez, mais ne remettez jamais en question la moindre doctrine enseignée par le Magistère de l'Eglise Catholique!" Et si vous découvrez la moindre contradiction entre les enseignements de la Bible et ceux du Vatican, vous devez croire que c'est vous qui comprenez mal la Bible! En fait, le Pape et les évêques refusent de rendre des comptes aux fidèles, qui n'ont aucun droit de remettre en question leurs enseignements, à la lumière de la Parole de Dieu.

Depuis très longtemps, l'Histoire a prouvé que l'Eglise Romaine avait empêché les fidèles de lire la Bible. L'un des moyens les plus efficaces était de garder la Bible en latin, car c'était une langue que la majorité des gens ne comprenaient pas. Pendant des siècles, c'était même un péché mortel de posséder et de lire la Bible dans sa langue natale. Le Concile de Valence (1229), le Concile de Trente

(1545) et le Pape Clément XI (1713) ont interdit à tous les fidèles de posséder une Bible dans leur langue maternelle, ainsi que de la lire eux-mêmes.

Ce sont les premiers Protestants, des hommes comme Wycliff, Tyndale et Luther, qui ont, les premiers, traduit la Bible dans une langue parlée par tout le peuple. Pendant ce temps, les autorités Romaines s'activaient à brûler tous les exemplaires de la Bible qu'elles pouvaient saisir. C'est l'Histoire qui a obligé l'Eglise Catholique à changer de stratégie. Aujourd'hui, beaucoup de Catholiques possèdent un exemplaire de la Bible chez eux, et la lisent personnellement. Toutefois, la Parole de Dieu demeure inefficace dans leur vie, en raison des préjugés propres aux Catholiques.

Par exemple, les Catholiques ne sont nullement troublés par le fait que la plupart des dogmes de leur Eglise ne se trouvent absolument pas dans la Bible (comme, par exemple, l'Immaculée Conception, l'Assomption de la Vierge, la confession auriculaire, le Purgatoire, et la vénération des statues). Ils sont convaincus depuis leur enfance que la révélation de Dieu nous parvient au moyen de la Tradition, aussi bien que par la Bible.

Rome emploie aussi une autre méthode. Elle persuade ses fidèles que la Bible est trop difficile à comprendre par nous-mêmes. Les simples fidèles sont ainsi jugés incapables d'interpréter eux- mêmes la Bible. Cela est réservé aux seuls dirigeants sages et intelligents de l'Eglise. "La tâche de donner une interprétation authentique de la Parole de Dieu est réservée aux seuls responsables de l'Eglise… Cela signifie que la tâche de l'interprétation des Ecriture est réservée aux évêques, en communion avec le successeur de Pierre, l'Evêque de Rome" (Catéchisme de l'Eglise Catholique, paragraphe 85). Comme si l'Eglise Catholique offrait à présent de sa main droite une Bible à ses fidèles, et la leur retirait aussitôt de sa main gauche!

Regardons à présent ce que voulait dire l'apôtre Pierre dans ce verset: "Sachant tout d'abord vous- mêmes qu'aucune prophétie de l'Ecriture ne peut être un objet d'interprétation particulière" (2 Pierre 1:20).

Pour cela, chacun de nous doit ouvrir sa Bible et lire ce verset dans son contexte, en ayant recours aux règles familières du langage pour découvrir le sens de ce verset. En d'autres termes, nous ne faisons qu'interpréter ce passage par nous-mêmes! "Sachant tout d'abord vous-mêmes qu'aucune prophétie de l'Ecriture ne peut être un objet d'interprétation particulière, car ce n'est pas par une volonté d'homme qu'une prophétie a jamais été apportée, mais c'est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu" (2 Pierre 1:20-21).

Le verbe grec traduit par "être un objet d'interprétation particulière" est le verbe "ginomaï". Selon le Dictionnaire Strong, ce verbe signifie "provoquer, faire venir à l'existence, devenir". L'apôtre Pierre ne veut donc pas parler de notre compréhension personnelle de l'Ecriture qui nous a déjà été donnée, mais du processus par lequel les Ecritures nous ont été transmises, c'est-à-dire de leur origine. Pierre dit qu'aucune prophétie de l'Ecriture ne nous a été transmise "au moyen d'une interprétation particulière", c'est-à-dire par notre raisonnement humain.

De qui Pierre parle-t-il? Du lecteur de la Bible, ou des hommes qui l'ont écrite? Etant donné que Pierre parle de l'origine des Ecritures, il semble probable qu'il nous parle des prophètes eux-mêmes. En d'autres termes, Pierre nous dit que l'origine des Ecritures ne doit pas être trouvée dans l'intelligence particulière de ces prophètes, mais dans l'inspiration du Saint-Esprit. C'est le verset suivant qui nous le confirme.

L'apôtre Paul nous donne la raison pour laquelle l'Ecriture n'a pas été fabriquée par l'intelligence personnelle des prophètes.

Il ajoute: "Car ce n'est pas par une volonté d'homme qu'une prophétie a jamais été apportée, mais c'est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu".

Ainsi, loin de nous décourager à lire et à comprendre nous-mêmes la Bible, ce verset nous donne la pleine assurance que nous pouvons faire entièrement confiance aux Ecritures. Certes, elles ont été écrites par des hommes. Mais ces Ecritures n'ont pas été conçues par des cerveaux humains. Elles ont été conçues dans la pensée de Dieu, par le Saint-Esprit. La Bible est la Parole de Dieu!

En conclusion, je voudrais ajouter quelques commentaires, en particulier à l'intention de mes frères Chrétiens Evangéliques. Nous avons besoin de répéter à nos amis Catholiques cette vérité élémentaire: la Bible a été écrite pour être comprise, et elle peut être comprise!

Dans cette même épître, un peu plus loin, l'apôtre Pierre écrit ceci: "Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l'a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée. C'est ce qu'il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Ecritures, pour leur propre ruine" (2 Pierre 3:15-16). Nous devons donc être diligents dans notre étude de la Bible. Nous avons besoin des enseignants que Dieu a donnés à Son Eglise. Mais nous devons éprouver toutes choses, et ne retenir que ce qui est bon (1 Thessaloniciens 5:21).

Question 19:

Une dame Catholique m'a parlé de divers messages donnés par Marie, lors de ses apparitions. Je lui ai demandé pourquoi ces choses n'étaient pas mentionnées dans la Bible. Elle m'a répondu qu'il s'agissait de nouvelles révélations. Est-ce possible?

Réponse de Joe Mizzi:

Votre amie croit que ces messages donnés lors de ces apparitions constituent des "nouvelles révélations", même s'ils ne sont pas inclus dans la Bible. Elle ne peut d'ailleurs accepter ces messages qu'en disant qu'ils représentent des "nouvelles révélations" divines. Mais elle ne semble pas réaliser que son attitude est contredite à la fois par les enseignements de la Bible, et par les enseignements de sa propre Eglise Catholique Romaine.

La Bible enseigne que toute la révélation qui nous est nécessaire nous a déjà été donnée en Christ. Jude a écrit: "Bien-aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes" (verset 3). La foi chrétienne nous a déjà été transmise une fois pour toutes. Elle était déjà complète au temps où Jude écrivait cette lettre. Il demande aux Chrétiens de "combattre" pour cette foi, c'est-à-dire de lutter pour défendre les doctrines chrétiennes qui nous ont été transmises par les apôtres. Mais il est clair que cette foi nous a déjà été complètement révélée. Nous ne devons donc certainement pas attendre des nouvelles révélations de la part de Dieu. Au contraire, nous devons être pleinement conscients que le meilleur moyen de détruire la pure Parole de Christ est d'y ajouter des "nouveaux enseignements".

Les fidèles Catholiques sont ardemment désireux de recevoir de nouveaux messages du Ciel. C'est pour cela que nous devons noter le fait que l'Eglise Catholique enseigne officiellement que nous ne devons nous attendre à recevoir aucune nouvelle révélation à notre époque. Voici ce qu'a déclaré le Concile de Vatican IIÊ: "La dispensation Chrétienne, en tant qu'alliance nouvelle et définitive, ne sera jamais remplacée. Nous ne devons donc attendre aucune nouvelle révélation publique, avant la glorieuse manifestation de notre Seigneur Jésus-Christ" (Dei Verbum).

Je suis convaincu que si les Catholiques sont aussi désireux de recevoir des nouveaux messages et des nouvelles promesses, c'est parce qu'ils n'ont jamais réellement compris le doux message de la Bible. C'est ce livre béni qui nous a fait connaître notre Sauveur parfait, le Seigneur Jésus-Christ, qui remplit le cœur de Son Epouse bien-aimée d'une joie indicible!

 

Question 20:

Je suis un Catholique très fervent. Je suis entièrement à Jésus, et je veux donner ma vie à Jésus. Mais y a-t-il quelque signe qui pourrait me dire si la Religion Catholique est vraie ou fausse?

Réponse de Joe Mizzi:

Je peux constater l'amour évident que vous avez pour Jésus! J'en remercie le Seigneur, et je Le prie qu'Il fasse grandir en vous cet amour de plus en plus. Nous ne pourrons jamais assez aimer Jésus!

Je vous félicite pour votre attitude. Vous croyez, mais vous êtes assez courageux pour poser des questions concernant votre foi. Comme Marie, quand l'ange Gabriel lui a dit qu'elle aurait un Fils. Elle a cru, puis elle lui a demandé comment cela pourrait se faire, puisqu'elle n'était pas mariée. J'espère, et je prie, que vous continuerez à chercher, et à poser des questions concernant la foi en Jésus-Christ. "Examinez toutes choses; retenez ce qui est bon" (1 Thessaloniciens 5:21). Dieu bénira vos recherches, et vous donnera une foi plus forte et plus mûre.

En fait, ce que vous me demandez, c'est ceci: "Comment, par quelle méthode, puis-je éprouver et examiner ma foi? Dois-je m'attendre à recevoir un signe de Dieu?"

Non. Vous n'avez besoin d'aucun signe. Car si vous receviez un signe surnaturel, comment pourriez-vous savoir s'il ne s'agit pas d'un signe mensonger, envoyé par l'ennemi de nos âmes? Nous avons un meilleur et plus sûr moyen de connaître la vérité concernant les doctrines de notre religion.

Je suis sûr que vous vous rappelez, dans les Evangiles, que Jésus a souvent enseigné et discuté avec les Juifs. Très souvent, le problème était celui de la vérité. Ils voulaient savoir si Jésus et Ses enseignements venaient vraiment de Dieu. Ils voulaient connaître la véritable religion. Et voici comment Jésus agissait : Il confrontait toujours les gens aux Saintes Ecritures. A Son époque, il n'y avait que les écrits de l'Ancien Testament. Jésus leur disait: "Il est écrit…" Pour Jésus, cela réglait la question!

Je vais vous donner un exemple. On a posé à Jésus une question sur la résurrection. Les

Sadducéens ne croyaient pas en la résurrection. Voici la réponse de Jésus:

"Jésus leur répondit: Vous êtes dans l'erreur, parce que vous ne comprenez ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu. Car, à la résurrection, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes de maris, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel. Pour ce qui est de la résurrection des morts, n'avez-vous pas lu ce que Dieu vous a dit: Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, et le Dieu de Jacob? Dieu n'est pas Dieu des morts, mais des vivants" (Matthieu 22:29-32).

Notez tout d'abord qu'ils étaient dans l'erreur parce qu'ils ne connaissaient pas les Ecritures. Si vous voulez connaître la vérité, pour tout ce qui touche à des questions spirituelles, vous devez connaître la Sainte Bible. Ensuite, Jésus faisait uniquement référence aux Ecritures en discutant avec les Juifs pour leur montrer qu'ils étaient dans l'erreur. Il leur dit: "N'avez-vous pas lu…?"

Jésus vous dirait la même chose. Si vous voulez connaître la vérité, si vous voulez savoir si une doctrine particulière est vraie ou non, lisez la Bible. Vérifiez vous-même dans la Bible! C'est là que vous trouverez instruction et correction!

Question 21:

Dans la Bible, nous lisons que des familles entières ont été baptisées ensemble. Il est probable qu'il y avait aussi des bébés dans ces familles. C'est donc une bonne preuve en faveur du baptême des enfants!

Réponse de Joe Mizzi:

Il y a quatre passages dans la Bible qui nous parlent de baptêmes de familles entières. Mais aucun d'entre eux ne prouve clairement que des bébés aient été baptisés:

• "Le jour du sabbat, nous nous rendîmes, hors de la porte, vers une rivière, où nous pensions que se trouvait un lieu de prière. Nous nous assîmes, et nous parlâmes aux femmes qui étaient réunies. L'une d'elles, nommée Lydie, marchande de pourpre, de la ville de Thyatire, était une femme craignant Dieu, et elle écoutait. Le Seigneur lui ouvrit le cœur, pour qu'elle fût attentive à ce que disait Paul. Lorsqu'elle eut été baptisée, avec sa famille, elle nous fit cette demande: Si vous me jugez fidèle au Seigneur, entrez dans ma maison, et demeurez-y. Et elle nous pressa par ses instances" (Actes 16:13-15).

• "Alors le geôlier, ayant demandé de la lumière, entra précipitamment, et se jeta tout tremblant aux pieds de Paul et de Silas; il les fit sortir, et dit: Seigneurs, que faut-il que je fasse pour être sauvé? Paul et Silas répondirent: Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé, toi et ta famille. Et ils lui annoncèrent la parole du Seigneur, ainsi qu'à tous ceux qui étaient dans sa maison. Il les prit avec lui, à cette heure même de la nuit, il lava leurs plaies, et aussitôt il fut baptisé, lui et tous les siens. Les ayant conduits dans son logement, il leur servit à manger, et il se réjouit avec toute sa famille de ce qu'il avait cru en Dieu" (Actes 16:29-34).

• "Cependant Crispus, le chef de la synagogue, crut au Seigneur avec toute sa famille. Et plusieurs Corinthiens, qui avaient entendu Paul, crurent aussi, et furent baptisés" (Actes 18Ê:8).

• "J'ai encore baptisé la famille de Stéphanas; du reste, je ne sache pas que j'aie baptisé quelque autre personne" (1 Cor. 1Ê:16).

Vous pouvez immédiatement constater qu'aucun de ces passages ne prouve que des bébés aient été baptisés. Au mieux, ils pourraient simplement indiquer la possibilité que des petits enfants aient été baptisés, car il est possible que ces familles comportaient des enfants ou des bébés. Dans le cas du geôlier, il fut baptisé, lui et sa famille. Mais il est aussitôt ajouté: "Et il se réjouit avec toute sa famille de ce qu'il avait cru en Dieu". Cela signifie que toute sa famille crut en Dieu. Tous ceux qui ont été baptisés ont cru, ce qui signifie que ceux qui ont été baptisés ne pouvaient pas être des bébés, qui ne peuvent pas croire.

Dans le cas de Crispus, il est clairement écrit qu'il "crut au Seigneur avec toute sa famille".

Ces passages qui nous parlent de baptêmes en famille ne constituent donc pas des arguments très forts et conclusifs en faveur du baptême des bébés. Deux de ces passages, loin de démontrer le baptême des bébés ou des petits enfants, démontrent clairement que le baptême a suivi la foi personnelle en Jésus-Christ.

Question 22:

Que disent les Ecritures à propos du baptême?

Réponse de Joe Mizzi:

Le baptême est un sujet qui provoque beaucoup de controverses. Qui doit être baptisé? De quelle manière baptiser? Et, ce qui est plus important, quelle est la signification du baptême?

J'aimerais parler brièvement de cette question fondamentale: Est-ce que le baptême est la cause, l'instrument du salut, ou est-il le signe que l'on est sauvé? En d'autres termes, est-ce que l'on est sauvé par le baptême, ou ne doit-on baptiser que ceux qui ont été préalablement sauvés?

L'Eglise Catholique enseigne que le baptême est l'instrument du salut, et que c'est le rite du baptême d'eau qui procure la justification et la régénération.

"Par le baptême, tous les péchés sont pardonnés, le péché originel et tous les péchés personnels… Non seulement le baptême purifie de tous les péchés, mais il fait aussi du néophyte une nouvelle créature" (Catéchisme de l'Eglise Catholique, paragraphes 1263 et 1265).

En outre, selon l'enseignement de l'Eglise Catholique, le baptême agit "ex opere operata", c'est-à-dire par le fait même que l'acte du baptême ait été accompli (Catéchisme, paragraphes 1127 et 1128). Cela permet donc d'administrer efficacement le baptême à des bébés, et d'affirmer qu'ils sont donc nés de nouveau et purifiés du péché originel, même s'ils ne peuvent pas exercer leur foi personnelle en Christ.

Je suis convaincu que cette doctrine catholique ne peut être prouvée par la Bible. En revanche, une étude des références bibliques concernant le baptême d'eau montre que, dans l'Eglise apostolique, le baptême était administré après la conversion, c'est-à-dire à ceux qui avaient entendu l'Evangile, qui s'étaient repentis, et qui avaient cru en Christ. La Bible enseigne que ceux qui croient en Christ sont nés de nouveau et pardonnés. Il est donc impossible que le baptême, en lui-même, soit l'instrument de la régénération et de la justification. Le baptême est nécessairement le signe d'une réalité qui précède l'acte lui-même.

Pour prouver mes affirmations, je dirai ceci:

1.Le baptême d'eau était toujours administré à des gens qui s'étaient d'abord convertis.

On peut vérifier cette vérité en lisant les passages suivants: Matthieu 28:19; Marc 16: 15-16; Actes 2:38; 2:41; 8:12-13; 8:36-37; 10:47-48; 16:14-15; 16:32-34; 18:8; 19:4-5; 22:16; 1 Pierre 3:21. Remarquez l'emploi de mots tels que "repentance", "croire", "foi", et "invoquer le nom du Seigneur". Tous ces mots décrivent une conversion préalable à Christ.

2.Tous ceux qui se repentent et qui croient en Christ sont nés de nouveau et pardonnés.

Ceci est enseigné partout dans la Bible. Par exemple: "Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu, et quiconque aime celui qui l'a engendré aime aussi celui qui est né de lui" (1 Jean 5:1). Et encore: "Etant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur

Jésus-Christ" (Romains 5:1).

Ainsi, quand un Chrétien obéit à l'ordre du Seigneur et entre dans l'eau du baptême, il est déjà né de nouveau et justifié, puisqu'il a déjà "cru", et qu'il est dans la foi. Il est clair que le baptême ne peut pas être la cause de sa régénération, ni de sa justification.

3.Aucun passage biblique ne peut être vraiment invoqué pour défendre une autre position.

Certains versets de la Bible semblent enseigner que le baptême donne la purification des péchés. Toutefois, un examen plus attentif montre qu'il n'en est rien.

Dans Actes 22:16, nous lisons qu'Ananias dit à Paul: "Et maintenant, que tardes-tu? Lève-toi, sois baptisé, et lavé de tes péchés, en invoquant le nom du Seigneur" (Actes 22:16). Certains en concluent trop rapidement que c'est le baptême qui lave des péchés. Toutefois, grammaticalement,

"lavé de tes péchés" est rattaché à "en invoquant le nom du Seigneur", pas à "sois baptisé". Quand quelqu'un invoque le nom du Seigneur pour être sauvé, il est purifié de ses péchés. Le baptême est alors le signe visible de la purification de ses péchés.

De même, dans 1 Pierre 3:21, l'apôtre dit ceci: "Cette eau était une figure du baptême, qui n'est pas la purification des souillures du corps, mais l'engagement d'une bonne conscience envers Dieu, et qui maintenant vous sauve, vous aussi, par la résurrection de Jésus-Christ".

L'apôtre veut dire que nous devons éviter de croire que c'est le rite du baptême en soi qui nous sauve. Le baptême ne pourrait que nous purifier des souillures du corps. Le rite du baptême n'est rien en soi, et il ne produit aucun effet spirituel, s'il n'est pas accompagné d'une "bonne conscience envers Dieu". Le baptême ne peut donc sauver un bébé qui, en raison de son âge, ne peut pas invoquer personnellement Dieu, comme la Bible l'exige.

4.La position de l'Eglise Catholique n'est pas prouvée par le témoignage de la Bible.

Pour prouver la doctrine Catholique de la régénération par le baptême, il faudrait prouver que le baptême entraîne la justification et la régénération, sans la foi personnelle en Christ. Pourtant, la Bible associe toujours le baptême à la foi. Par exemple:

"Ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l'a ressuscité des morts" (Colossiens 2:12).

"Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ; vous tous, qui avez été baptisés en

Christ, vous avez revêtu Christ" (Galates 3:26-27).

Notez que la Bible ne sépare pas le baptême d'une foi personnelle en Christ, comme le fait l'Eglise

Catholique en prétendant que des bébés sont régénérés par le sacrement du baptême.

En résumé, l'ordre correct indiqué par la Bible pour être sauvé est le suivant: Tout d'abord, la prédication de l'Evangile, suivie par une foi personnelle en Jésus-Christ. Ceux qui croient sont alors régénérés et justifiés. Christ commande alors à ceux qui sont devenus Ses disciples, et qui croient en Lui, d'être baptisés au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit:

"Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint- Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde" (Matthieu 28:19-20).

Question 23:

Les théologiens Catholiques disent que le baptême est nécessaire pour être sauvé, selon Jean 3:5 et Marc 16:16. Qu'en pensez-vous?

Réponse de Joe Mizzi:

Aucun des deux passages que vous citez n'enseigne que le baptême d'eau soit nécessaire pour être sauvé. Examinons-les de plus près.

Tout d'abord Jean 3:5: "Jésus répondit: En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d'eau et d'Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu" (Jean 3:5).

Quand ils lisent le mot "eau", les Catholiques pensent aussitôt qu'il fait référence au baptême. Ils lisent ce passage de la manière suivante: "Si un homme ne naît pas par le baptême, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu". Cela est surprenant, parce que cela signifierait qu'avant l'institution du baptême chrétien, personne n'avait pu entrer dans le Royaume de Dieu! Pourtant, Jésus a dit: "C'est là qu'il y aura des pleurs et des grincements de dents, quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob, et tous les prophètes, dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors" (Luc 13:28). Pourtant, Abraham, Isaac et Jacob, et tous les prophètes, n'ont jamais été baptisés!

C'est donc une erreur de croire que le mot "eau" fait référence au baptême chrétien. Jésus reproche à Nicodème son ignorance concernant la nouvelle naissance par l'eau et l'Esprit. Quand Nicodème lui demande comment cela peut être possible, Jésus lui répond: "Tu es le docteur d'Israël, et tu ne sais pas ces choses!" (verset 10).

Nicodème était docteur de la Loi. Il connaissait bien les Ecritures de l'Ancien Testament. Selon Jésus, il aurait dû savoir ce que signifie "être né d'eau et d'esprit". Pourtant, l'Ancien Testament ne mention pas le baptême chrétien, qui n'avait pas encore été institué par Jésus. Nicodème n'avait aucun moyen de savoir que l'eau dont parlait Jésus faisait référence au baptême. Par conséquent, cela devait signifier autre chose que le baptême d'eau.

En étudiant les Ecritures, nous voyons que l'eau fait référence à la purification de l'âme par le Saint-Esprit et par la Parole de Dieu, lors de la régénération. Dans Ezéchiel 36:24-27, Dieu promet qu'Il purifiera Son peuple par l'eau, et qu'Il lui donnerait Son Esprit. Christ purifie Son peuple par l'eau de la parole (Ephésiens 5:26). Les Chrétiens sont lavés par l'Esprit de Dieu (1 Cor. 6:11).

Prenons ensuite le second passage cité: "Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné" (Marc 16:15-16).

Protestants et Catholiques sont d'accord sur le fait que tous les Chrétiens doivent être baptisés. En ce cens, tous sont d'accord sur la nécessité d'un baptême.

Ils divergent cependant sur les rôles distincts de la foi et du baptême. Les Chrétiens Evangéliques enseignent qu'on est sauvé quand on croit à l'Evangile. On est sauvé par la foi, avant d'être baptisé. Le baptême est donc considéré comme un signe de la réalité spirituelle du salut.

En revanche, les Catholiques enseignent que l'on n'est pas sauvé tant que l'on n'est pas baptisé, même si l'on croit. Ils enseignent qu'un bébé peut être sauvé par le baptême d'eau, avant même d'avoir entendu le message de l'Evangile et de croire personnellement à Jésus-Christ.

Le problème central est donc de savoir si c'est la foi, ou le baptême, qui est l'instrument du salut. Le passage de Marc montre clairement que la foi est le facteur crucial du salut, car Jésus ajoute:

"Celui qui ne croit pas sera condamné".

Le fait d'affirmer que la foi n'est pas suffisante pour le salut est contraire aux milliers d'années de l'histoire de la rédemption. Depuis le commencement du monde, jusqu'à l'époque où Jésus a instauré le baptême, tous ceux qui ont été sauvés l'ont été par la foi. Et pourtant, aucun d'entre eux n'a été baptisé.

Lorsque le geôlier de Philippes a demandé ce qu'il devait faire pour être sauvé, l'apôtre Paul lui a répondu: "Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé". Le geôlier crut, et il fut sauvé, selon la promesse de l'apôtre. Ayant été sauvé par la foi, le geôlier fut aussitôt baptisé. C'est le modèle du Nouveau Testament. On commence d'abord par entendre l'Evangile. Tous ceux qui croient sont sauvés. Et tous ceux qui sont sauvés sont baptisés.

(Note de Parole de Vie: Nous devons ajouter, mais c'est un autre problème, que le baptême d'eau, tel qu'il a été institué par Jésus, était un baptême d'eau par immersion. Cette immersion symbolise notre mort et notre résurrection en Jésus. Le mot grec "baptizô" signifie "immerger". Là encore, nous n'avons donc pas le droit de remplacer la Parole de Dieu par nos traditions humaines).

Question 24:

Quand vous étiez Catholique, vous étiez certain que l'Eucharistie était le corps et le sang de Jésus. Pourquoi ne le croyez-vous plus?

Réponse de Joe Mizzi:

L'enseignement de l'Eglise Catholique concernant la présence physique de Jésus dans l'hostie est essentiellement fondé sur ces paroles de Jésus: "Ceci est mon corps… Ceci est le sang de la nouvelle alliance". La question fondamentale est la suivante: "Devons-nous comprendre les paroles de Jésus comme étant littérales (comme les Catholiques l'affirment), ou sont-elles symboliques

(comme les Protestants l'assurent)?"

Si les paroles de Jésus doivent être prises littéralement, alors:

• Le pain cesse d'être du pain, et le vin cesse d'être du vin.

• L'Eucharistie n'est pas seulement une commémoration de la mort de Jésus, mais c'est réellement un sacrifice.

Si les paroles de Jésus sont symboliques, alors:

• Le pain reste du pain, et le vin reste du vin.

• Le repas du Seigneur ne fait que commémorer la mort de Christ.

Prenez votre Bible, et posez-vous les questions suivantes:

1. Est-ce que le pain et le vin deviennent le corps et le sang de Jésus, ou restent-ils du pain et du vin?

"Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne" (1 Cor. 11:26).

"Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu'au jour où j'en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père" (Matthieu 26:29).

2. Le repas du Seigneur est-il une commémoration de sa mort, ou un sacrifice?

"Lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s'est assis pour toujours à la droite de

Dieu" (Hébreux 10:12).

"Or, là où il y a pardon des péchés, il n'y a plus d'offrande pour le péché" (Hébreux 10:18).

"Et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit: Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi. De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez" (1 Cor. 11:24-25).

Personnellement c'est l'étude de la Bible qui m'a convaincu que le pain et le vin sont les symboles sacrés du corps de Jésus brisé sur la croix, et de Son sang versé au Calvaire pour la rémission de mes péchés. Il n'y a aucun changement de substance, le pain reste du pain, et le vin reste du vin. Jésus déclare expressément que ce repas doit être pris en mémoire de Lui, et qu'il n'y a plus besoin d'une nouvelle offrande pour le péché.

Puisque le pain et le vin sont pris en mémoire de Christ, il est essentiel que tous les Chrétiens participent au repas du Seigneur dans une attitude de repentance et de respect. Le fait de manger le pain et de boire le vin indignement serait faire preuve de dérision et de moquerie envers le corps et le sang de Christ, représentés par ces éléments. C'est pourquoi l'apôtre Paul nous donne cet avertissement: "C'est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur" (1 Cor. 11:27).

Si quelqu'un piétine un drapeau, il fait preuve d'un manque de respect envers la nation représentée par ce drapeau, bien que le drapeau ne soit pas littéralement la nation. De même, celui qui prend le pain et le vin indignement sera coupable de déshonorer le Seigneur, Son corps et Son sang.

Etudiez la Bible, et croyez ce qui y est écrit, même s'il est très difficile de renoncer à tout ce que l'on vous a enseigné depuis votre enfance!

Question 25:

Je suis Catholique. Mais on ne m'a jamais enseigné que la messe était un sacrifice pour le péché, comme vous l'écrivez sur votre site Internet. La messe est la commémoration de la mort de Jésus sur la croix. En fait, Jésus a dit: "Faites ceci en mémoire de moi".

Réponse de Joe Mizzi:

Votre question est extrêmement importante. Car beaucoup de Catholiques, comme de Chrétiens Evangéliques, ignorent la nature réelle de la messe dans la doctrine catholique. Beaucoup croient qu'il s'agit d'une simple commémoration du sacrifice de Christ, comme la Sainte Cène que l'on prend dans les églises évangéliques. Pour l'Eglise Catholique, il ne s'agit nullement d'une commémoration! L'Eglise Catholique Romaine affirme que la messe est un sacrifice réel pour le péché:

"La messe est le sacrifice non sanglant du corps et du sang de Christ... La messe est le même sacrifice que celui de la croix, parce que l'offrande et le sacrificateur sont les mêmes: Christ, notre Sauveur béni. Et le sacrifice de la messe est offert dans le même but que le sacrifice de la croix… Le sacrifice de la croix a été offert dans le but d'honorer et de glorifier Dieu, de Le remercier des grâces accordées au monde entier, de satisfaire la justice de Dieu concernant les péchés des hommes, et d'obtenir toutes les grâces et toutes les bénédictions" (Catéchisme de Baltimore). "Sur la croix, Christ, notre Pâque, a été offert en sacrifice (1 Cor. 5:7). Ce même sacrifice est répété à chaque messe, ce qui permet de poursuivre l'œuvre de notre rédemption" (Vatican II, Constitution Dogmatique de l'Eglise).

"Il existe dans l'Eglise Catholique un véritable sacrifice, la messe instituée par Jésus-Christ. Ce sacrifice est identique à celui de la croix, car Christ est à la fois le Sacrificateur et la Victime. La seule différence est dans la manière d'offrir ce sacrifice: il a été sanglant sur la croix, il est non sanglant sur l'autel de la messe. La messe est un sacrifice propitiatoire, pour l'expiation des péchés des vivants et des morts, pour lesquels elle est offerte. Christ a ordonné prêtres Ses apôtres, en leur donnant le pouvoir et l'ordre de consacrer Son corps et Son sang, afin de perpétuer et de renouveler Son sacrifice" (Concile de Trente).

"L'Eucharistie est ainsi un sacrifice, parce qu'elle re-présente (rend présent) le sacrifice de la croix"

(Catéchisme de l'Eglise Catholique, paragraphe 1366).

Je vous prie donc de bien noter que la doctrine catholique affirme que la messe est vraiment un sacrifice pour le péché. Le but du sacrifice de la messe est de satisfaire la justice de Dieu et d'expier les péchés. L'Eglise Catholique prétend que, durant la messe, le sacrifice de Jésus sur la croix est

"poursuivi", perpétué, "renouvelé", et "re-présenté".

Tout cela est en contradiction avec la Bible, qui enseigne que Christ S'est offert Lui-même une fois pour toutes. Ayant accompli notre rédemption, Il S'est assis à la droite de Dieu, et Il intercède pour nous. Il a institué le repas du Seigneur pour commémorer Sa mort, et non comme un sacrifice réel. Veuillez lire les passages suivants tirés de l'épître aux Hébreux.

Ils nous prouvent que le sacrifice de Christ à la croix a été suffisant et parfait: "Car Christ n'est pas entré dans un sanctuaire fait de main d'homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu. Et ce n'est pas pour s'offrir lui-même plusieurs fois qu'il y est entré, comme le souverain sacrificateur entre chaque année dans le sanctuaire avec du sang étranger; autrement, il aurait fallu qu'il eût souffert plusieurs fois depuis la création du monde, tandis que maintenant, à la fin des siècles, il a paru une seule fois pour abolir le péché par son sacrifice.

Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement, de même Christ, qui s'est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l'attendent pour leur salut" (Hébreux 9:24-28).

"C'est en vertu de cette volonté que nous sommes sanctifiés, par l'offrande du corps de Jésus- Christ, une fois pour toutes. Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés, lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s'est assis pour toujours à la droite de Dieu, attendant désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied. Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés" (Hébreux 10:10-14).

J'espère que vous vous confiez entièrement en notre Sauveur Vivant pour votre salut, sachant que par une seule offrande parfaite, Il a effacé vos péchés. Vous croyez déjà que l'Eucharistie n'est que la commémoration du sacrifice de Christ, et non un sacrifice réel pour le péché. Je vous exhorte donc à renoncer à l'enseignement de l'Eglise Catholique Romaine, parce qu'il n'est pas conforme à la Bible. Joignez-vous à une église chrétienne, où les saints se réunissent pour partager le pain et le fruit de la vigne, pour commémorer avec reconnaissance le sacrifice de notre Rédempteur, et Le louer pour Son œuvre parfaitement accomplie à la croix.

Question 26:

J'étais Catholique. J'ai gardé quelques crucifix, mais je les ai décrochés de mes murs. Que dois-je en faire? Je sais que ce n'est pas réellement Jésus qui est sur le crucifix, mais j'ai l'impression que je Lui manquerais de respect si je jetais ces crucifix à la poubelle. Je crois que je ne devrais plus être attaché à ces objets. Dans mon église, pour un concert de Noël, un artiste local a peint un grand tableau représentant Jésus sur un cheval blanc, entouré de Ses saints. Est-ce juste de peindre un tableau représentant Jésus? J'aimerais savoir ce que vous en pensez.

Réponse de Joe Mizzi:

Je comprends ce que vous ressentez, car je suis aussi passé par ces combats. Comme vous le dites, il semble que le fait de jeter des statues ou des représentations de Jésus soit un manque de respect. Puis-je vous suggérer une raison possible de ce sentiment? Se peut-il que vous ne soyez pas encore complètement libéré de vos anciens systèmes de pensée? Gardez bien à l'esprit ce que Dieu nous demande. Il nous commande de ne jamais faire aucune image et de ne pas nous incliner devant elles, ni les honorer. Par conséquent, vous feriez bien d'enlever toutes les idoles de votre maison.

Je sais qu'un crucifix est fait pour représenter le Seigneur. Mais Dieu Lui-même n'approuve pas de telles pratiques. Quand il est sorti d'Egypte, le peuple d'Israël n'avait aucune intention de se faire une statue ou une image représentant une divinité païenne. Son intention était de faire une statue qui représenterait le Dieu d'Israël, Yaweh.

"Aaron leur dit: Otez les anneaux d'or qui sont aux oreilles de vos femmes, de vos fils et de vos filles, et apportez-les-moi. Et tous ôtèrent les anneaux d'or qui étaient à leurs oreilles, et ils les apportèrent à Aaron. Il les reçut de leurs mains, jeta l'or dans un moule, et fit un veau en fonte. Et ils dirent: Israël! voici ton dieu, qui t'a fait sortir du pays d'Egypte. Lorsque Aaron vit cela, il bâtit un autel devant lui, et il s'écria: Demain, il y aura fête en l'honneur de l'Eternel!" (Exode 32:2-5).

Cette statue représentait le Seigneur, le Dieu d'Israël.

Que fit Moïse à cette statue qui représentait Dieu? Il la détruisit, et Dieu approuva son acte. Quand vous commencez à penser comme cela, vous vous comportez comme Moïse, le serviteur de Dieu, et vous détruisez les statues et les images, parce que vous aimez et respectez suffisamment le Seigneur pour obéir à Sa Parole.

Je voudrais faire un commentaire à propos des représentations de Jésus que l'on peut trouver dans les églises évangéliques. Elles traduisent une séduction qui n'est pas moins grande que celle qui sévit dans l'Eglise Catholique. Vous rappelez-vous toujours le "Jésus" représenté par cet artiste dans votre église? Vous rappelez-vous à quoi ressemblait son visage? Tout ce que je peux dire, c'est qu'il s'agissait d'une représentation mensongère de Jésus!

Aujourd'hui, nous vivons par la foi, non par la vue. Pourtant, comme l'apôtre Pierre l'a dit: "Lui que vous aimez sans l'avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore, vous réjouissant d'une joie ineffable et glorieuse" (1 Pierre 1:8). Nous attendons Son apparition glorieuse. Alors nous Le verrons tel qu'Il est réellement, Lui, le Christ Vivant!

 

Question 27:

Je me suis convertie au Catholicisme à cause de mon mari. J'ai eu des occasions incroyables de pouvoir témoigner à des Catholiques. Je suis maintenant engagée à la fois dans des églises évangéliques et catholiques. Mais, dernièrement, malgré toutes les occasions de pouvoir témoigner à des Catholiques, je ne me sens plus très à l'aise dans cette situation. Je sais que les doctrines catholiques sont fausses. Quel avis me donneriez-vous? (Question écrite par une Chrétienne évangélique engagée).

Réponse de Joe Mizzi:

Les enfants de Dieu sont toujours tentés par le compromis! On le voit constamment dans l'Ancien Testament, quand le peuple de Dieu adorait l'Eternel et d'autres dieux en même temps. Je comprends votre souci concernant votre mari, et j'apprécie votre amour pour les Catholiques. Toutefois, ce sont les Saintes Ecritures qui devraient vous guider, pas les résultats apparents de vos actions.

Pourtant, la Bible ne peut pas être plus claire:

"Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l'iniquité? Ou qu'y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres? Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial?  Ou quelle part a le fidèle avec l'infidèle? Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l'a dit: J'habiterai et je marcherai au milieu d'eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. C'est pourquoi, sortez du milieu d'eux, et séparez-vous, dit le Seigneur; ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant" (2 Cor. 6:14-18).

Vous pourriez me dire: "Mais je l'ai fait par amour pour mon mari!"

Par amour pour votre mari, préfèreriez-vous ignorer la Parole de Dieu? Est-ce que votre mari se tiendra entre vous et Dieu, au jour du Jugement? Jésus n'a-t-Il pas dit qu'Il n'était pas venu apporter la paix, mais l'épée? A qui voulez-vous plaire, à votre mari, ou au Seigneur? Il est certain que vous devez vous soucier de son salut. Mais son salut ne dépendra pas de votre compromis vis-à-vis de la vérité! Le salut vient du Seigneur. Vous feriez mieux de suivre Ses instructions, sans essayer d'être plus sage que Dieu.

Vous pourriez peut-être me répliquer: "Que pensez-vous de toutes les occasions merveilleuses de témoigner à des Catholiques?"

Certes, mais votre témoignage n'est pas très clair. Peut-être dites-vous de votre bouche que Jésus est le seul Chemin. Mais, par votre présence au sein de l'Eglise Catholique, vous déclarez haut et fort que le système Catholique Romain (avec ses autres médiateurs, Marie, le prêtre et l'Eglise), est une forme valable de la foi chrétienne.

Peut-être vous exclamerez-vous: "Mais les Catholiques Romains ne sont pas des incroyants! Ils croient en Jésus! Ils croient qu'Il est le Fils de Dieu! Ils croient qu'Il est mort et ressuscité!"

Oui, ils croient tous ces faits historiques concernant Jésus. Mais ils ne croient pas  réellement en

Lui. Permettez-moi de vous dire pourquoi:

• Jésus est le seul médiateur. Les Catholiques ont ajouté Marie comme médiatrice.

• Jésus est le seul Nom par lequel nous devions être sauvés. Les Catholiques invoquent aussi le nom de Marie pour leur salut.

• Jésus S'est offert en sacrifice sur la croix une fois pour toutes. Les Catholiques affirment qu'ils perpétuent le sacrifice de Jésus à chaque messe.

• Jésus a racheté Son peuple par Son sang. Les Catholiques croient qu'ils doivent aussi expier leurs péchés par la pénitence, le jeûne et la prière.

• Jésus a lavé Son peuple par Son propre sang. Les Catholiques dépendent d'êtres humains pécheurs qui se font appeler prêtres.

De telles erreurs sont fatales! Le Catholicisme est une apostasie du véritable Christianisme. Voici une Parole de Dieu pour vous: "C'est pourquoi, sortez du milieu d'eux, et séparez-vous, dit le Seigneur; ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai". Vous devez prendre une décision. Vous ne pouvez pas rester assise entre deux chaises. Si c'est le Catholicisme qui a raison, soyez Catholique à fond. Si le Catholicisme est dans l'erreur, quittez ce système religieux, et n'ayez pas honte de suivre le Seigneur et de vous unir à Son peuple.

Question 28:

Est-ce juste pour une Chrétienne d'épouser un Catholique (ou inversement)? Pourquoi?

Réponse de Joe Mizzi:

Le mariage chrétien est une alliance pour la vie entre un homme et une femme. Leur unité doit être semblable à la relation qui unit Christ et Son Epouse, l'Eglise (Ephésiens 5:22-23). Ils ne peuvent pleinement accomplir cette unité que s'ils sont unis spirituellement dans une foi et un amour communs pour Jésus-Christ. Si ce n'est pas le cas, il ne peut en résulter que de la discorde et une souffrance indicible. "Deux hommes marchent-ils ensemble, sans en être convenus?" (Amos 3:3).

La Bible présente clairement la volonté de Dieu concernant le mariage, et nous serions sages de suivre ses instructions. Les citations suivantes démontrent que Dieu ne permet pas à Ses enfants de se marier avec des conjoints qui ne partagent pas leur foi chrétienne: "Tu ne contracteras point de mariage avec ces peuples, tu ne donneras point tes filles à leurs fils, et tu ne prendras point leurs filles pour tes fils; car ils détourneraient de moi tes fils, qui serviraient d'autres dieux, et la colère de l'Eternel s'enflammerait contre vous: il te détruirait promptement" (Deutéronome 7:3-4).

"Ne donnez donc point vos filles à leurs fils et ne prenez point leurs filles pour vos fils, et n'ayez jamais souci ni de leur prospérité ni de leur bien-être, et ainsi vous deviendrez forts, vous mangerez les meilleures productions du pays, et vous le laisserez pour toujours en héritage à vos fils.

Après tout ce qui nous est arrivé à cause des mauvaises actions et des grandes fautes que nous avons commises, quoique tu ne nous aies pas, ô notre Dieu, punis en proportion de nos iniquités, et maintenant que tu nous as conservé  ces  réchappés, recommencerions-nous à violer tes commandements et à nous allier avec ces peuples abominables? Ta colère n'éclaterait-elle pas encore contre nous jusqu'à nous détruire, sans laisser ni reste ni réchappés?" (Esdras 9:12-14).

"Alors Schecania, fils de Jehiel, d'entre les fils d'Elam, prit la parole et dit à Esdras: Nous avons péché contre notre Dieu, en nous alliant à des femmes étrangères qui appartiennent aux peuples du pays. Mais Israël ne reste pas pour cela sans espérance" (Esdras 10:2).

"Faut-il donc apprendre à votre sujet que vous commettez un aussi grand crime et que vous péchez contre notre Dieu en prenant des femmes étrangères?" (Néhémie 13:27).

"Juda s'est montré infidèle, et une abomination a été commise en Israël et à Jérusalem; car Juda a profané ce qui est consacré à l'Eternel, ce qu'aime l'Eternel, il s'est uni à la fille d'un dieu étranger. L'Eternel retranchera l'homme qui fait cela" (Malachie 2:11-12).

L'apôtre Paul donne l'avis suivant à une veuve chrétienne qui souhaite se remarier: "Une femme est liée aussi longtemps que son mari est vivant; mais si le mari meurt, elle est libre de se marier à qui elle veut; seulement, que ce soit dans le Seigneur" (1 Cor. 7Ê:39).

Elle peut se marier à l'homme de son choix, à condition que ce soit "dans le Seigneur". Cette expression employée par Paul veut dire que son éventuel mari doit être un Chrétien. La Bible établit un principe général: les Chrétiens ne doivent pas "se mettre avec des infidèles sous un joug étranger". Cela signifie qu'ils ne doivent pas s'associer ni se marier avec des gens qui ne croient pas en l'Evangile de Christ: " Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l'iniquité? Ou qu'y a-t-il de commun entre la lumière et les  ténèbres?"  (2  Cor.  6:14).

Un Chrétien ne peut donc épouser qu'une Chrétienne, et réciproquement. C'est une désobéissance à la Parole de Dieu que d'épouser un conjoint qui n'est pas Chrétien. Dieu n'aime pas ces mariages mixtes!

Ayant établi ce principe, nous devons bien savoir si un Evangélique et un Catholique sont des Chrétiens   véritables. Commençons par l'Evangélique! Est-il (elle) Chrétien(ne)? Pas nécessairement! Le fait d'être né dans une famille chrétienne, ou même d'appartenir à une bonne église chrétienne, ne fait pas automatiquement de vous un Chrétien! En outre, beaucoup d'églises évangéliques ou protestantes sont apostates, et on ne peut plus considérer leur enseignement comme conforme à la Bible. Que chacun s'examine donc soi-même, pour savoir s'il est dans la foi!

Qu'en est-il du Catholique? Un Catholique est-il Chrétien? Là encore, pas nécessairement. Parce que les Catholiques appartiennent à une Eglise apostate qui a perverti l'Evangile de Christ, ils ont toutes les raisons de douter de leur salut. Les Catholiques qui suivent fidèlement les enseignements du Vatican ne sont pas Chrétiens, parce qu'ils s'appuient sur un faux Evangile.

J'ai déjà parlé de cette question vitale dans un autre article. En un mot, puisque la Bible ne permet pas à un Chrétien d'épouser un non-Chrétien, un Chrétien évangélique, s'il est réellement converti, ne peut pas épouser une Catholique, si elle n'est pas réellement convertie (et réciproquement).

J'aimerais ajouter un mot personnel à l'attention des Chrétiens évangéliques qui pourraient lire cet article. Le choix de votre conjoint est l'une des décisions les plus importantes que vous aurez à prendre dans votre vie. Une erreur pourrait vous être fatale, et ses conséquences dureront toute la vie. Ne laissez pas l'amour romantique vous aveugler. Votre responsabilité est claire. Vous prouverez de cette manière si vous aimez Dieu par-dessus tout. Que Dieu vous donne la force de Lui rester fidèle!

Je voudrais aussi adresser une sincère parole d'encouragement aux Catholiques. Je ne veux pas vous demander de faire des compromis avec votre foi, par amour pour votre petit(e) ami(e) Chrétien(ne). Mais je vous exhorte à examiner votre religion à la lumière de la Sainte Parole de Dieu, la Bible. Le Seigneur vous fera peut-être grâce, et vous conduira au salut par la connaissance de Jésus-Christ. Vous serez alors libre de vous marier en Christ. Que Dieu remplisse votre cœur de joie!

Question 29:

J'ai lu votre témoignage. Je crois que vous avez encore beaucoup à apprendre! Au lieu de "descendre" d'Eglise Catholique, pourquoi ne pas travailler à l'unité de tous les Chrétiens? L'Eglise Catholique n'est pas votre ennemie. Je crois que vous devriez lire l'épître de Paul aux Romains, dans laquelle Saint Paul nous demande de ne pas juger nos frères.

Réponse de Joe Mizzi:

Je partage votre souci pour l'unité des Chrétiens. Je suis aussi très concerné par la vérité de l'Evangile, telle qu'elle nous a été révélée par Dieu dans les Saintes Ecritures. Je suis convaincu qu'il ne peut exister de véritable unité entre les églises, si elle n'est pas fondée sur la vérité.

Je ne considère pas les Catholiques comme mes ennemis. Loin de là! J'aime sincèrement les Catholiques. Cependant, je ne considère pas les Catholiques qui suivent l'enseignement de Rome comme des Chrétiens véritables.

C'est pour cette raison que je consacre beaucoup de mon temps à les aider et les conseiller. Mon objectif n'est pas de "descendre" le système Romain, mais de communiquer l'Evangile à mes amis Catholiques, pour qu'ils soient sauvés.

Vous m'avez suggéré de lire l'épître aux Romains. Avant de parler des relations entre Chrétiens, l'apôtre Paul a voulu d'abord expliquer qui sont les véritables Chrétiens. L'apôtre enseigne l'Evangile de la justification par la foi seule, sans les œuvres de la loi. Seuls ceux qui acceptent cet Evangile sont de véritables enfants de Dieu.

Combien je prie que les Catholiques Romains prennent au sérieux cette lettre de Paul! Historiquement, l'Eglise Romaine s'est écartée de cet Evangile, pour annoncer un message fondé sur les mérites humains et le salut par les œuvres.

Vous espérez que vous serez finalement justifié grâce à vos bonnes œuvres et à vos pénitences. Il s'agit d'un faux Evangile. Cet "Evangile" n'a aucune puissance pour vous sauver. En vérité, si vous continuez à dépendre de votre propre justice, vous êtes toujours perdu, et vous n'êtes pas encore un Chrétien. Ce n'est que si vous vous repentez de votre propre justice, et si vous vous confiez en Christ seul pour votre salut, que vous saurez que vous êtes justifié, et que vous deviendrez un véritable Chrétien. Nous serons alors des frères en Christ, membres de l'Eglise universelle de Jésus-Christ.

Question 30:

Est-ce que Mère Thérésa est une vraie Chrétienne?

Réponse de Joe Mizzi:

"Bien sûr qu'elle l'est!" C'est ce que tous les Catholiques et beaucoup de Protestants affirmeraient!

"Il suffit de constater sa charité, et son travail au milieu des pauvres de Calcutta, pour conclure qu'elle est une vraie Chrétienne!" Si ce sont les bonnes œuvres qui font de nous des Chrétiens, alors je devrais considérer l'un de mes amis, communiste et athée, comme un vrai Chrétien! Car, bien qu'il soit inconnu des médias, il a consacré sa vie à aider les pauvres. Les œuvres n'ont jamais transformé quelqu'un en Chrétien. Il est clair que nous devons à la fois considérer ce qu'une personne croit, et la manière dont elle agit, c'est-à-dire les motifs véritables de ses actions. Les Juifs étaient aussi très zélés dans la pratique de leur religion. Pourtant, l'apôtre Paul ne les considérait pas comme des vrais Chrétiens, car leur religion ne traduisait pas une vraie connaissance spirituelle. Ils s'efforçaient de se rendre justes devant Dieu par leurs propres œuvres, tout en refusant d'accepter Christ pour leur salut.

Quelqu'un pourrait certes dire, à propos de Mère Thérésa: "Elle croyait en Christ, et ses œuvres sont la preuve évidente qu'elle avait la foi!" Peut-être, mais ce n'est pas certain. Si Mère Thérésa croyait en Christ seul pour son salut, sans dépendre de ses œuvres pour être justifiée, alors elle était une vraie Chrétienne. Car les Ecritures disent que "nous ne sommes pas justifiés par les œuvres de la loi, mais par la foi en Jésus-Christ" (Galates 2:16).

Ses bonnes œuvres seraient alors la preuve de sa foi véritable en Christ, comme l'a écrit Jacques: "Je te montrerai ma foi par mes œuvres" (Jacques 2:18). Mais si cela avait été le cas, on peut se demander pourquoi Mère Thérésa est toujours restée un membre fidèle de l'Eglise Catholique Romaine, qui enseigne officiellement que les bonnes œuvres ne sont pas seulement la preuve, mais la cause de notre justice personnelle, pour que nous puissions être sauvés.

Si Mère Thérésa était une vraie Chrétienne, l'Eglise Catholique aurait maudit cette pauvre Mère! "Si quelqu'un dit que la justice reçue n'est pas préservée, ni accrue, par la pratique des bonnes œuvres, mais que ces œuvres ne sont que les fruits et les signes de la justification obtenue, sans être la cause de cet accroissement, qu'il soit anathème" (Concile de Trente, Canon 24).

D'un autre côté, si Mère Thérésa dépendait de ses bonnes œuvres pour être sauvée, elle ne pouvait pas être une vraie Chrétienne, car la Bible dit clairement: "Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie" (Ephésiens 2:8-9).

"Mais souffre avec moi pour l'Evangile, par la puissance de Dieu qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos œuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus-Christ avant les temps éternels" (2 Timothée 1:8-9).

"Il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit" (Tite 3:5).

Plutôt que d'essayer de savoir si Mère Thérésa était une vraie Chrétienne ou non, nous devrions répondre à une question bien plus importante. Dieu est son Juge, "car l'homme regarde à l'apparence, mais Dieu regarde au cœur". Le Seigneur connaît ses motivations et toutes ses actions. Ce qui est plus important, c'est notre propre salut. Suis-je, moi, un vrai Chrétien?

Un vrai Chrétien est celui qui croit en Christ et qui ne dépend pas de ses propres œuvres pour son salut. Ses bonnes œuvres ne sont que la preuve qu'il a une foi vivante.

Un faux Chrétien est celui qui "croit" en Christ, tout en dépendant encore, au moins en partie, de ses propres œuvres pour son salut. Mais ses "bonnes œuvres" ne sont que le fuit de l'orgueil et de l'incrédulité.

Question 31:

"Et n'appelez personne sur la terre votre père; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux" (Matthieu 23:9). Que pensez-vous de ce verset? (Question posée par un Chrétien Evangélique).

"Les prêtres sont appelés "pères" parce que, en un sens, ce sont les pères spirituels des Catholiques baptisés,  comme  Paul  l'était  pour  les  Corinthiens  (1 Cor. 4:15). (Remarque faite par un Catholique).

Réponse de Joe Mizzi:

Dans Matthieu 23, Jésus met en garde Ses disciples, et surtout les anciens de Son Eglise, contre l'orgueil. Jésus a dit: "Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères. Et n'appelez personne sur la terre votre père; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. Ne vous faites pas appeler directeurs; car un seul est votre Directeur, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Quiconque s'élèvera sera abaissé, et quiconque s'abaissera sera élevé" (Matthieu 23:8-12).

Il est clair que Jésus ne nous interdit pas d'appeler "père" notre père physique. Le contexte de Son message ne concerne pas les relations familiales. Jésus ne nous interdit pas non plus, d'une manière absolue, d'appeler quelqu'un de ce terme, comme nous le voyons pratique ailleurs dans la Bible.

Ceci étant dit, nous ne devons certainement pas ignorer l'avertissement du Seigneur, car les anciens et les conducteurs de l'Eglise peuvent s'enorgueillir des titres qu'on leur confère, comme "Rabbi", "Père", ou "Maître". Cette tentation n'est certainement pas limitée au clergé de l'Eglise Catholique. Les "Révérends" des églises Protestantes feraient bien de ne pas oublier que nous ne devons révérer que notre Dieu et Rédempteur: "Vous observerez mes sabbats, et vous  révérerez mon sanctuaire.

Je suis l'Eternel" (Lévitique 26:2). Sans tenir compte des paroles de Jésus, l'Eglise Catholique donne le titre de "Père" à tous ses prêtres, et celui de "Saint Père" au Pape. Dans la Bible, ce titre n'est employé qu'une seule fois, en référence à Dieu (Jean 17:11). "Saint" est un titre qui est réservé à Dieu seul: "Qui ne craindrait, Seigneur, et ne glorifierait ton nom? Car seul tu es saint" (Apocalypse 15:4).

On invoque à tort 1 Corinthiens 4:15 pour justifier la tradition d'appeler un prêtre Catholique "Père". Dans ce verset, l'apôtre Paul rappelle aux Chrétiens de Corinthe que c'est lui qui les a engendrés à la vie éternelle en leur prêchant l'Evangile: "Car, quand vous auriez dix mille maîtres en Christ, vous n'avez cependant pas plusieurs pères, puisque c'est moi qui vous ai engendrés en Jésus-Christ par l'Evangile". C'est en ce sens seulement que Paul est leur père. Notez aussi que Paul précise clairement que ces Chrétiens n'ont qu'un seul "père":

"Vous n'avez cependant pas plusieurs pères". Il était leur seul père spirituel, parce qu'il était directement responsable de leur nouvelle naissance, et il était le seul à l'être. Alors que le titre de "Père" donné aux prêtres de l'Eglise Catholique n'a pas du tout la même signification, car ils sont censés être les "pères" de tous les Catholiques. Il est également important de noter que Paul n'attribue pas la naissance spirituelle des Corinthiens à leur baptême, contrairement aux prêtres Catholiques. "C'est moi qui vous ai engendrés en Jésus- Christ par l'Evangile". C'est en leur prêchant l'Evangile qu'il les a conduits à la nouvelle naissance. Dans la même épître, Paul leur rappelle aussi qu'il n'avait baptisé aucun d'eux, à part quelques exceptions, car Christ ne l'a pas envoyé pour baptiser, mais pour prêcher l'Evangile (1 Cor. 1:14-17).

Peut-être êtes-vous un prêtre Catholique. J'espère, et je prie, que le Seigneur utilisera Sa Parole pour vous accorder la repentance pour votre orgueil: "Et n'appelez personne sur la terre votre père; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux".

Question 32:

Puisque vous êtes un ancien Catholique, je suis sûr que vous comprenez les doutes et la culpabilité que l'on peut ressentir à la simple pensée que l'on pourrait quitter l'Eglise Catholique.

Réponse de Joe Mizzi:

En devenant Chrétien, vous ne quittez pas l'Eglise Catholique. Vous devenez membre de la véritable Eglise "catholique", c'est-à-dire de l'Eglise universelle de Jésus-Christ! Son Eglise est bien plus grande que n'importe quelle dénomination, et elle n'est composée que de Chrétiens authentiques, dans tous les siècles passés, et dans le monde entier. Toute assemblée locale chrétienne qui aime le Seigneur et qui obéit à Sa Parole, même imparfaitement, est une manifestation de l'Eglise catholique (c'est-à-dire universelle) de Jésus-Christ.

Bien entendu, quand vous passez par la nouvelle naissance, il est illogique de rester membre de l'Eglise Catholique, parce qu'elle enseigne des erreurs très sérieuses, en particulier celle qui prétend que nous sommes sauvés par nos mérites personnels. Mais elle enseigne aussi des doctrines qui sont authentiquement bibliques, comme celles de la Trinité, de l'incarnation de Christ, de Sa divinité, de Son retour, du Ciel et de l'Enfer, etc… Vous devez donc rester attaché aux vérités bibliques que vous avez apprises dans l'Eglise Catholique Romaine.

En un sens, je ressens votre besoin de vouloir rester au sein de l'Eglise Catholique, pour aimer et comprendre ces chers Catholiques, qui sont souvent sincères et zélés dans la pratique de leur religion. Mais ils ont besoin d'entendre la vérité de l'Evangile. Ils ont besoin de la voir en vous, et de l'entendre de votre bouche.

Si vous croyez en Christ, vous êtes membre de Son Corps, qui est l'Eglise. Joignez-vous donc à une église chrétienne fidèle près de chez vous, où l'on prêche le pur Evangile de Christ, et où on le met en pratique. "Retenons fermement la profession de notre espérance, car celui qui a fait la promesse est fidèle. Veillons les uns sur les autres, pour nous exciter à la charité et aux bonnes œuvres. N'abandonnons pas notre assemblée (mot à mot: "le fait de nous assembler"), comme c'est la coutume de quelques-uns; mais exhortons-nous réciproquement, et cela d'autant plus que vous voyez s'approcher le jour" (Hébreux 10:23-25).

Le Seigneur ne veut pas que Ses enfants restent isolés. Mais Il veut les voir fonctionner comme membres d'un corps. Vous avez besoin de vos frères et sœurs Chrétiens, et ils ont besoin de vous. (Note de  Parole de Vie: Malgré leur désir de se joindre à une assemblée locale et leur bonne volonté, beaucoup de Chrétiens ont dû se résoudre à rester momentanément seuls, ou à quelques- uns. Car leur problème, c'est justement de trouver une assemblée chrétienne fidèle près de chez eux, où l'on prêche encore le pur Evangile de Christ!

Nous vivons des temps d'apostasie, où l'amour et la foi du plus grand nombre diminuent, parce que l'iniquité grandit. Mais nous pouvons prier que Dieu nous fasse rencontrer au moins quelques Chrétiens fidèles. Même s'ils sont parfois rares, Dieu les connaît, et Il peut permettre que nous les rencontrions).

Question 33:

je suis un ancien Catholique Romain. Cela fait maintenant près de dix ans que j'ai quitté l'Eglise Catholique, mais je souffre encore de cette rupture, et j'ai encore divers doutes. Parlez-moi de votre vie quand vous étiez Catholique, et de votre conversion. J'attribue certaines de mes difficultés à mes origines Italiennes. Comment cela s'est passé pour vous?

Réponse de Joe Mizzi:

L'Eglise  Catholique  Romaine  exerce  un  puissant  contrôle  psychologique  sur  ses  fidèles.  Les Catholiques pensent qu'ils se rendraient coupables envers Dieu Lui-même s'ils quittaient l'Eglise Catholique. Vous le savez aussi bien que moi, les Catholiques sont conditionnés et endoctrinés depuis leur enfance. Ils restent emprisonnés dans ce système religieux toute leur vie. Ce n'est que par la grâce de Dieu qu'un Catholique peut être libéré de l'emprise de Rome.

Même après en avoir été libéré, certains continuent à se poser beaucoup de questions, et des doutes leur parcourent l'esprit. Ma conversion fut un processus long et pénible. Avant tout, je combattais ardemment les allégations des Protestants, qui prétendaient que les enseignements catholiques sur le salut étaient erronés. Après avoir lu la Bible pendant des mois, et discuté de ce problème avec des amis Catholiques et des prêtres, mes convictions changèrent progressivement, et je fus de plus en plus d'accord  avec  l'enseignement des Chrétiens évangéliques.

Je parvins finalement au point où, par la grâce de Dieu, je compris la simplicité de l'Evangile. Le salut n'était pas mon œuvre, mais l'œuvre de notre Sauveur, Jésus-Christ. Je me rappelle encore ce jour où, seul devant Dieu, je remis mon âme à Ses soins. Je demandai au Seigneur Jésus-Christ de me sauver, parce que je ne pouvais rien faire de bon pour me sauver moi- même. Je savais que Christ était mon substitut. Il était mort sur la croix à ma place, pour payer le prix de mes péchés. A partir de ce moment-là, mon seul désir fut de vivre pour Celui qui m'aimait tant.

Le dimanche suivant, je me rendis à la messe comme d'habitude. Le prêtre prêcha sur les mérites acquis par nos bonnes œuvres personnelles, qui étaient capables de nous gagner le salut. Il n'y avait rien de nouveau dans ce message, que j'avais entendu auparavant bien souvent. J'ai parlé de ce problème du "mérite personnel" avec l'un de mes vieux amis, qui était assis auprès de moi, et dont le prénom est Jesmond.

A cette époque, les deux seuls passages bibliques que je connaissais par cœur étaient Jean 3:16 ("Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle") et Ephésiens 2:8-9 ("Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie").

Je dis à voix basse à mon ami: "As-tu entendu ce que le prêtre vient de dire à propos des bonnes œuvres, qui nous permettent de mériter le salut? La Bible dit pourtant que nous sommes sauvés par grâce, par la foi, et que cela ne vient pas de nous-mêmes, mais que c'est un don de Dieu, afin que personne ne se glorifie par ses œuvres". Je ne suis pas sûr que mon ami ait compris ce que je voulais lui dire. Mais j'ai ajouté quelque chose qui l'a surpris, et qui m'a surpris aussi: "C'est la dernière fois que j'assiste à une messe!" Le dimanche suivant, je ne suis pas allé à la messe.

C'était pour le moins un dimanche très étrange! J'avais régulièrement assisté à la messe depuis mon enfance. Bien plus, on m'avait endoctriné, en me disant que l'assistance à la messe du dimanche était imposée par Dieu dans Son troisième commandement, et que toute désobéissance à ce commandement constituait un péché mortel. Comme j'étais alors un jeune Chrétien immature, il n'était pas surprenant que je ressente des sentiments de culpabilité et de doute. Mais d'autres anxiétés m'attendaient. J'habite dans un pays presque entièrement Catholique. Plus de 95% de la population de l'île de Malte est Catholique, tout au moins de nom. La pression sociale et les manœuvres d'intimidation sont parfois subtiles, mais parfois plus directes. Ce qui m'a été le plus pénible, ce fut la dégradation de mes relations avec les membres de ma famille, en particulier avec ma mère.

J'avais profondément offensé ma mère. Etant une Catholique très pratiquante, elle ne pouvait pas comprendre pourquoi je n'allais plus à l'église. Naturellement, elle tenta de me persuader de rester fidèle à son Eglise. Son amour, son chagrin, et ses bonnes motivations rendirent très difficile ma décision de rester fidèle au Seigneur. En quittant l'Eglise Catholique, j'avais blessé une femme qui m'aimait tellement! Il n'était donc pas étonnant que je ne me sente pas à l'aise! Mon seul réconfort était de me sentir en paix avec ma conscience.

Je n'avais pas pris cette décision sous l'impulsion de la haine ou de l'amertume envers quiconque, surtout envers ma mère bien-aimée. Je suis resté fidèle à la Parole de Dieu. Tout simplement, j'aimais le Seigneur plus que tout. Lui obéir était pour moi plus important que tout le reste. Tout au long de ces vingt dernières années, j'ai régulièrement étudié les Ecritures Saintes, ainsi que des livres chrétiens et catholiques. Je suis reconnaissant envers mes parents et mes anciens professeurs et prêtres Catholiques, qui m'ont enseigné la religion le mieux qu'ils le pouvaient.

Certes, leurs enseignements comportaient de graves erreurs, mais aussi beaucoup de vérités bibliques. Parmi ces doctrines fondamentales du Christianisme, je citerai la nature des Ecritures Saintes, la Trinité, l'incarnation de Jésus-Christ, et d'autres doctrines reprises dans les antiques credo. Je n'ai jamais rejeté ces doctrines, que j'avais apprises dans l'Eglise Catholique. Par la grâce de Dieu, je continuerai à les répandre et à les défendre de tout mon cœur, car elles font partie des Saintes Ecritures. Je le répète, je suis reconnaissant pour tout cela.

Hélas, il y a aussi tous les aspects négatifs. En tant que système religieux, le Catholicisme est mortellement atteint par de graves erreurs. J'ai étudié, et je continue à étudier les diverses doctrines catholiques à la lumière des Ecritures, mais je ne peux que refuser tout ce qui est contraire à la Parole de Dieu. Je veux vivre avec une conscience claire. Je dois en subir les conséquences naturelles, qui se traduisent pour moi par un isolement social et culturel. J'en souffre beaucoup. Pourtant, ce n'est qu'un faible prix à payer, en comparaison du merveilleux privilège de connaître Christ, mon Sauveur et Seigneur!

 

Reproduction de la traduction française autorisée, pourvu qu’elle soit intégrale.

Joe Mizzi est Maltais,il exerce un ministère auprès des Catholiques, notamment de ceux qui veulent être sauvés. Il peut être contacté (en anglais) à l'adresse suivante: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous n'avez pas la permission d'afficher ou de poster des commentaires.