countryside1.jpgcountryside2.jpg

Halloween, ou l'horreur à l'honneur

Ce titre, donné au petit journal du C.M.E (Conseil Municipal d'Enfants de St Quentin Fallavier), a retenu mon attention. Il poursuivait :"Halloween c'est reparti ! Cette année encore, on va faire la fête entre fantômes, sorcières, diables et autres monstres ! Pour cela, il faudra s'inscrire en mairie du 12 au 21 octobre, au bureau du C.M.E".
Cet engouement pour cette manifestation m'a intrigué et justement le magazine "Schadrac", reçu au même courrier, consacrait un dossier à ce phénomène. En voici la teneur.

Un peu d'histoire

300 ans avant J.-C., une société secrète de prêtres tenait sous son emprise le monde celte. Chaque année le 31 octobre, ceux-ci célébraient en l'honneur de leur divinité païenne Samhain, un festival de la Mort des prêtres se déplaçant de maison en maison, réclamaient des offrandes pour leur dieu et exigeaient parfois des sacrifices humains. En cas de refus, ils proféraient des malédictions de mort sur cette maison, d'où le "trick or Trent", malédiction ou présent, pour être plus clair : une offrande sinon la malédiction.

Pour éclairer leur chemin, ces prêtres portaient des navets évidés et découpés en forme de visage, où brûlait une bougie faite avec de la graisse humaine de sacrifices précédents. Ces navets représentaient l'esprit qui allait rendre leurs malédictions efficaces.

Au 18e et 19e siècle, quand cette coutume est arrivée aux Etats Unis, on a remplacé les navets par des citrouilles. Le nom donné à l'esprit qui habitait dans la citrouille était "Jock", qui est devenu "Jack" qui habite dans la lanterne, d'où le nom "Jack-o-lantern".

Le mot Halloween vient de "All Hallow's Eve » : veille de la Toussaint. Et on est tenté de l'associer à cette tradition chrétienne. En réalité, les origines d’Halloween sont complètement païennes et n'ont aucun rapport avec cette fête religieuse.

Aujourd'hui, dans le monde entier, Halloween est la fête la plus importante pour les satanistes. Le 31 octobre est le nouvel an du calendrier des sorciers.

Le "Word Book Encyclopédia" affirme que c'est le commencement de tout ce qui est "cold, dark and dead » (froid, noir et mort).

De nos jours encore, on sait que les satanistes pratiquent des sacrifices humains, cette nuit-là, aux États unis et en Australie.

Quand nous voyons des enfants faire du "trick or Trent" et réclamer des bonbons de maison en maison, cela parait inoffensif et amusant, mais n'êtes-vous pas en train de les associer, sans en être conscients, à un bien sombre rituel ?

Pour les parents de jeunes enfants, un aspect supplémentaire de l'invasion de l'occulte dans la culture doit être abordé au sujet d'Halloween.

N'imaginez pas que ce jour particulier n'a rien à voir avec le satanisme. Vous serez certainement surpris, en apprenant comment, le 31 octobre, est devenu un prologue pour nous amener à accepter l'occulte. Que vous le croyiez ou non, Halloween est devenue le jour du diable, rituellement reconnu par quelques adorateurs de Satan et quelques groupes occultes aux USA (il prend racine aussi chez nous).

Quels sont les faits à propos d’Halloween ? Est-ce le moment d'invoquer la vieille prière de la Cornouaille, "Bon Dieu délivre-nous des goules, des fantômes, des bêtes à longues pattes et qui cognent dans la nuit » ?

Regardons un instant l'histoire de ce jour spécial.

Le prédécesseur chrétien d'Halloween, la Toussaint des catholiques romains, était célébré à l'origine en mai et non le 1er novembre. En 308, l'empereur romain Constantin apaisa la population des territoires païens, nouvellement conquis, en leur accordant le droit de conserver leur ancien rite du Jour de Samhain, parallèlement à la dernière fête fixée, la Toussaint. Le panthéon de Rome, un temple construit pour adorer une multitude de dieux, fut converti en église. Pendant que les chrétiens célébraient leurs saints disparus, les païens dédiaient la nuit précédente à leur "seigneur de la mort".

Le sabbat des sorcières

Le choix du 31 octobre n'est pas une coïncidence. Le 31 octobre est l'un des quatre plus importants sabbats des sorcières, les quatre jours "cross-quarter" du calendrier celtique. Le premier, le 2 février, populairement connu comme le jour du "ground-hog" en l'honneur de Brigit, la déesse païenne de la guérison. Le deuxième, un jour férié de mai nommé Beltane signalait le temps des plantations pour les sorcières. Ce jour-là, les druides exécutaient des rites magiques, pour favoriser la croissance des récoltes. Le troisième, un festival des récoltes en août en l'honneur du dieu Soleil commémorait celui qui brille, Lugh. Ces trois premiers jours "cross-quarter" marquaient le passage des saisons, le temps de planter et le temps de récolter, de même que le temps de la mort et de la résurrection de la terre.

Le dernier, Samhain, marquait l'arrivée de l'hiver. À ce moment-là, les anciens druides exécutaient des rituels dans lesquels un chaudron symbolisait I'abondance de la déesse. On disait que c’était un temps de "betwixt and between", une saison sacrée empreinte de superstition et de conjurations spirites.

Pour les druides, le 31 octobre était la nuit où Samhain revenait avec les esprits des morts. Ces derniers devaient être apaisés ; c'est pourquoi il fallait traiter avec eux sinon les vivants seraient trompés. D'immenses feux étaient allumés, sur les sommets des collines, pour effrayer les mauvais esprits et apaiser les puissances surnaturelles qui contrôlaient les processus de la nature. Plus récemment, les immigrants européens, plus particulièrement les Irlandais, introduisirent Halloween en Amérique. À la fin du 19e siècle, leurs coutumes étaient devenues célèbres. C'était l'occasion de renverser des cabinets extérieurs, d'infliger des dommages aux propriétés et de se permettre des fourberies qui n'auraient pas été tolérées à d'autres moments de l'année.

Aujourd'hui, Halloween est un jour faste pour les marchands. C'est une nuit au cours de laquelle des personnes décentes deviennent des exhibitionnistes effrontés. 60% de tous les costumes pour Halloween sont vendus à des adultes. Le 31 octobre, une personne sur quatre, dont l'âge s'échelonne entre 18 et 40 ans, portera le costume d'un quelconque personnage. Pour les personnes ayant des pouvoirs psychiques, les voyants et pour ceux qui se disent visionnaires, c'est la période la plus occupée de l'année. Les éditeurs de livres sur des sujets classés entre astrologie et sorcellerie indiquent une forte augmentation des ventes. Salem, une ville du Massachusetts, siège de la sorcellerie américaine, célèbre maintenant un "événement hanté", lors d'Halloween, pour prolonger sa saison touristique d'été.

Les symboles de Satan qui se trouvent dans la fête Halloween

Les pratiques traditionnelles, associées avec Halloween, sont facilement identifiables à l'occulte. Le "Jack o'lantern" est tiré d'un conte, dans lequel un homme célèbre, nommé Jack, fut chassé à la fois du ciel et de l'enfer.

Contraint d'errer sur la terre comme un esprit, Jack mit un charbon ardent dans une rave évidée pour éclairer son chemin dans la nuit. Ce précurseur (qui devint une courge) symbolisait une âme damnée. Les couleurs orange et noires peuvent aussi être reliées à l'occulte. Elles étaient en rapport avec les messes commémoratives pour les morts, qui avaient lieu en novembre. Les bougies en cire d'abeilles, habituellement de couleur écrue, étaient orange lors de la cérémonie et les cercueils du cérémonial étaient couverts de draps noirs.

D'autres liens évidents qu'Halloween a avec l'occulte sont :

Les costumes d'Halloween sont issus de l'idée des druides celtiques qui prétendent que les participants au cérémonial devaient porter des têtes d'animaux et leurs peaux, afin d'acquérir la force de la bête qu'ils représentaient.

"Trick or Trent" est tiré de la tradition irlandaise, selon laquelle un homme conduisait une procession pour prélever des contributions chez les fermiers, de peur que leurs récoltes ne soient endommagées par des démons.

"Dunking for apples" venait d'une ancienne pratique pour connaître l'avenir.

Le participant, qui réussissait à attraper entre ses dents une pomme se trouvant dans un tonneau plein d'eau, pouvait espérer une romance, couronnée de succès, avec l'être aimé de son choix.

Des chats représentaient des humains incarnés, des esprits malveillants ou des "amis intimes" des sorcières. Les noisettes étaient utilisées dans la divination romanesque. Une partie de ce qu'on mange, lors d'Halloween, contenait des objets, mis à l'intérieur des aliments, comme moyens de dire la bonne aventure.

Les masques ont, traditionnellement été des moyens animistes pour se protéger d'une manière superstitieuse des esprits mauvais ou pour que celui qui le porte puisse changer de personnalité, afin de communiquer avec le monde des esprits.

Halloween a d'autres aspects négatifs, à côté de son arrière-plan païen, enraciné dans la sorcellerie, et son accent mis sur le diable.

L'obscurité

Quelques vandales sont plus intéressés à jouer des farces que d'obtenir des gains. Certains parents craignent qu'un criminel dément distribue des bonbons empoisonnés ou des sucreries contenant des épingles ou des lames de rasoir. Il y a aussi le danger que des chauffeurs ne voient pas des enfants costumés se promenant dans les rues mal éclairées.

De telles associations ne suggèrent toutefois pas qu'un parent autorisant les célébrations d'Halloween collabore avec le diable. Toutefois, ce sera difficile de trouver une vertu positive à Halloween.

Son symbolisme inclut des démons des fantômes, des sorcières, la mort, l'obscurité, des squelettes, la crainte et la terreur.

Les chrétiens font face à la problématique d'Halloween

Aux USA, certains groupes, luttant contre l'occultisme, ont supprimé avec succès les célébrations d'Halloween dans les écoles publiques. Récemment, un ministre d'Arkansas a intenté un procès fédéral et a demandé que le satanisme, via les pratiques d'Halloween, ne soit pas toléré dans les écoles publiques, vu que la prière y est interdite. Le révérend Ralph Forbes considérait le diable comme l'accusé.

Une mère, qui mena un combat similaire pour retirer Halloween des écoles publiques, a dit qu'elle n'avait rien contre le fait que ce jour soit considéré comme un festival automnal où les enfants se costument en personnages de l'histoire américaine, mais elle s'insurgeait contre le fait qu'on mette l'accent sur le côté obscur de ce jour. Selon ses termes, "si le principe de l'esprit de secte a retiré les fêtes de Noël des écoles, pourquoi ne retire-t-on pas aussi Halloween ? Si on ne peut pas honorer Dieu, pourquoi honorer le diable ?"

Des opposants à de telles tentatives, de censurer Halloween disent que ce n'est pas une célébration religieuse et que les détracteurs d'Halloween sont des rabat-joie dont l'imagination débridée prive les enfants de plaisir.

Ne tarde-t-on pas de réaliser une évaluation plus sérieuse concernant la veille de la Toussaint ? Demandez-le au refuge pour chats perdus de Chicago. Lors de chaque fête d'Halloween, il rapporte que des recherches au sujet de chats noirs disparus augmentent. Craignant que les félins aient été utilisés, lors de rituels sanguinaires, par des sorcières improvisées, la société contre la cruauté envers les animaux a déclaré les chats noirs indisponibles pour l'adoption, durant la saison d'Halloween

tout cela laisse les sorcières songeuses. Leo Louis Martello, grand prêtre d'un couvent de sorcellerie et auteur d'un livre sur la magie, intitulé 'The Old Time Religion", est directeur de la "Ligue contre la diffamation des sorcières". Il dit : "La vraie sorcellerie est devenue une minorité religieuse persécutée. Elles vont sortir de leurs armoires à balais et se battre." USA Today (un journal américain) ajoute à la rumeur, en déclarant : "Aucune personne raisonnable ne considère Halloween comme une célébration du satanisme. "

Dans notre monde contemporain, où le mal d'origine satanique est plus que réel, plusieurs pensent que c'est le moment d'épurer Halloween de ses éléments peu recommandables. Ils ressentent qu'une interdiction des observances officielles d'Halloween avertirait les parents et les enfants et qu'ils comprendraient que la symbolique occulte d'Halloween célèbre des puissances spirituelles obscures et dangereuses. Les parents pourraient au moins centrer les activités familiales sur des amusements sains. Ils pourraient faire une fête, mais refuser que des costumes soient en rapport avec le mal. Par exemple, quelques églises célèbrent la Toussaint en habillant des enfants à la manière des saints de la Bible.

"Les enfants ne sont jamais trop jeunes pour apprendre qu'un jour ne doit pas être dédié au diable"

Traduction: Carol Voumard et Pierre-André Perrin, Tiré de "Satanism - The Seduction of America's Youth" de Bob Larson

Cité de "Jeunesse libérée" n°170, avec autorisation

Halloween, ou l'horreur à l'honneur

Si, selon certains, "l'homme est un animal religieux", rien ne le démontre plus que la fête d’Halloween ! C'est la plus religieuse des fêtes laïques !

Dans le temps, quand on parlait de religion on pensait à Dieu, au problème de la réconciliation avec Dieu, au problème d'une vie sainte et pure, à la difficulté de pratiquer de bonnes œuvres.... Ce temps n'est pas seulement dépassé ou démodé, il est révolu. La religion acceptée et adulée par le plus impie des athées est une religion qui exalte le Diable et le mal.

Ce jour-là - et si ce n'était que ce jour-là ! - on accepte un système de contre-valeurs complètement ahurissant :

- Le mal est bien- Le hideux est beau

- L'horreur est à l'honneur

Vous allez me dire que je n'ai rien compris : "c'est pour rire ! ".

Excusez-moi d'être de l'ancienne école, mais je ris des bons mots, je souris devant la naïveté et l'innocence, je m'émerveille devant la beauté, j'apprécie la bonté, le dévouement, l’amour, la justice.

Ayant eu à m'occuper de remettre sur rails des personnes troublées ou démolies par des visions d'horreur ou des cauchemars morbides je m'étonne que l'on puisse rire avec les squelettes, les vampires, la mort qui vous procureront à coup sûr, si vous y réfléchissez un peu, quelques bonnes nuits d'insomnies...

En effet s'il y a quelque doute que vous rencontriez un vampire, vous pouvez être certain de rencontrer un jour cette mort avec laquelle vous jouez aujourd’hui ; la seule différence c'est qu'alors vous ne rirez plus, plus du tout.

Les expériences cumulées des millénaires passés nous rapportent que la mort est toujours hideuse, toujours terrible ; dans un texte vieux de 3500 ans, elle est appelée "le roi des terreurs". On peut donc conclure sans se tromper que les personnes qui rient au moment de la mort ne sont pas encore nées. De plus, après la mort, il y a le jugement, et il n'y a pas là non plus quelque chose de spécialement amusant. "Les cris d'horreur, les pleurs et les grincements de dents" que l'ont fait aujourd'hui "pour de rire" seront demain "pour de vrai", lorsqu'on se rendra compte que l'on s'est moqué de Dieu, que l'on a méprisé son salut gratuit en Jésus Christ, et que sa juste part est bien celle que l'on a choisie volontairement : loin de Dieu, loin de Dieu pour toujours.

Une autre chose est surprenante : ce sont les gens irréligieux qui montrent le plus d'engouement pour cette nouvelle religion ! En tant que chrétien il est clair pour moi que lorsqu'on rejette Dieu on accepte en même temps la domination du diable.

Vous allez encore rire : quelqu'un qui croit encore au diable ! À l'aube du 3e millénaire de l'ère chrétienne !

Vous avez dit "ère chrétienne » ? qui dit chrétien dit Christ, qui dit Christ dit Évangile, qui dit évangile dit Bible ....

Oui c'est dans la Bible que j'ai appris à connaître Dieu, à connaître Jésus Christ, à connaître le Diable et ses funestes activités, se déguisant même en ange de lumière pour tromper ceux qu'il veut maintenir sous sa domination.

Écoutez ce que Jésus disait à ses contemporains :

... En vérité, en vérité, je vous dis : quiconque pratique le péché est esclave du péché. Si donc le Fils (Jésus) vous affranchit, vous serez réellement libres.... Si Dieu était votre père, vous m'aimeriez, car moi je procède de Dieu et je viens de lui ; car je ne suis pas venu de moi-même, mais c'est lui qui m'a envoyé. Pourquoi n'entendez-vous pas mon langage ? Parce que vous ne pouvez comprendre ma parole. Vous, vous avez pour père le diable, et vous voulez faire les convoitises de votre père. Lui a été meurtrier dès le commencement, et il n'a pas persévéré dans la vérité, car il n'y a pas de vérité en lui. Quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur, et le père du mensonge. Mais moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas.

L'évangile est ainsi rempli de vérités profondes d'une immense portée. Je prendrai comme exemple ce simple précepte de sagesse : "l'arbre est connu à son fruit".

Quand je vois les fruits d'Halloween, je n'ai pas de peine à discerner, malgré la ramure agréable, la vraie nature de l'arbre.

Au-delà même du tronc, permettez qu'on remonte aux racines :

Origine d'Halloween

300 ans avant J.-C., une société secrète de prêtres tenait sous son emprise le monde celte. Chaque année le 31 octobre, ceux-ci célébraient en l'honneur de leur divinité païenne Samhain, un festival de la Mort des prêtres se déplaçant de maison en maison, réclamaient des offrandes pour leur dieu et exigeaient parfois des sacrifices humains. En cas de refus, ils proféraient des malédictions de mort sur cette maison, d'où le "trick or Trent", malédiction ou présent, pour être plus clair : une offrande sinon la malédiction.

Pour éclairer leur chemin, ces prêtres portaient des navets évidés et découpés en forme de visage, où brûlait une bougie faite avec de la graisse humaine de sacrifices précédents. Ces navets représentaient l'esprit qui allait rendre leurs Ð malédictions efficaces.

Au 18e et 19e siècle, quand cette coutume est arrivée aux États unis, on a remplacé les navets par des citrouilles. Le nom donné à l'esprit qui habitait dans la citrouille était "Jock", qui est devenu "Jack" qui habite dans la lanterne, d'où le nom "Jack-o-lantern".

Le mot Halloween vient de "All Hallow's Ève » : veille de la Toussaint. Et on est tenté de l'associer à cette tradition chrétienne. En réalité, les origines d’Halloween sont complètement païennes et n'ont aucun rapport avec cette fête religieuse.

Aujourd'hui, dans le monde entier, Halloween est la fête la plus importante pour les satanistes.
Le 31 octobre est le Nouvel An du calendrier des sorciers.
Le "Word Book Encyclopédia" affirme que c'est le commencement de tout ce qui est "cold, dark and dead"(froid, noir et mort).

De nos jours encore, on sait que les satanistes pratiquent des sacrifices humains, cette nuit-là, aux États unis et en Australie.

Quand nous voyons des enfants faire du "trick or Trent" et réclamer des bonbons de maison en maison, cela parait inoffensif et amusant, mais n'êtes-vous pas en train de les associer, sans en être conscients, à un bien sombre rituel ? (Paragraphe tiré de "Jeunesse libérée n° 170, avec autorisation"

Conclusion

En ces derniers mois qui clôturent notre deuxième millénaire, ce ne sont plus des prêtres qui passent de porte en porte, mais des enfants.

Les offrandes pour le dieu Sambain ont été remplacées par des bonbons pour le dieu "moi".

Mais le rituel religieux est le même et à celui qui refuse on annoncera la malédiction à moins qu'on ne la rende immédiate par une vitre cassée, un pneu crevé, ou par une autre manifestation de mauvaise humeur ; paradoxalement le "denier du culte" de cette nouvelle religion permissive devient obligatoire ! Une nouvelle religion intolérante est née, osons le terme, une vieille secte irrationnelle ressurgit de ces cendres sous les applaudissements d'une société déchristianisée toute prête à recevoir n'importe quoi et n'importe qui pourvu que ce soit contre Dieu.

Jésus a dit : Moi, je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, celui-là vous le recevrez. (Jean 5 :43).

Il y aura toujours ceux qui, en petit nombre, préfèreront la lumière aux ténèbres, Dieu à Satan et qui accepteront les si simples et si belles paroles de l’Evangile : Jésus a dit :

En vérité, en vérité, je vous dis que celui qui entend ma parole, et qui croit celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient pas en jugement ; mais il est passé de la mort à la vie. (Jean 5 :24). Pour une promesse, c'est une promesse. Heureux ceux qui y croient !

Pardonnez-moi d'être encore de ceux qui préfèrent la beauté à la laideur, l'amour à la haine, la vie à la mort, le culte rendu à Dieu plutôt qu'au Diable.

La vie est faite de choix, j'ai personnellement choisi qui je voulais servir. Pierre Oddon

Pour étayer ma thèse, j'ai relevé dans un quotidien de 98 quelques expressions intéressantes. Jugez-en plutôt.

VAR-MATIN - nice-matin - Mercredi 28 octobre 1998 (Toulon B7*)

Halloween : les prix de l'horreur

Les soirées et animations Halloween, on peut le constater ci-contre [référence aux publicités intitulées "Nuit de sabbats"], vont être légion à Toulon samedi soir et les jours précédents. Mais pour être certain de bien profiter de la fête, mieux vaut, évidemment, être dans l'ambiance, c'est-à-dire déguisé.

Pour ceux qui ont un peu de temps devant eux, quoi de plus facile que de transformer un vieux drap en costume de fantôme ? Puis de bien choisir la plus belle courge sur le marché et de la transformer en lampion maléfique ?

Et les autres ? Ceux qui doivent se rendre à une soirée en sortant du bureau, sans avoir rien préparé ?

Pas d'inquiétude pour eux non plus, pourvu qu'ils trouvent les cinq minutes nécessaires pour se rendre dans un magasin spécialisé, en farces et attrapes par exemple, ou bien en grande sur face, du Carrefour de Mayol à Toys'r'us à La Garde.
Pour vous donner des idées, nous avons visité un magasin du genre, le "Viva Samba" de la rue Chabannes. Tour de rayons...

Pour toutes les bourses

Sorcières, fantômes, diables ou vampires, tous les costumes sont au rendez-vous, pour toutes les tailles, toutes les bourses, de 120 à 250 francs, avec la palme de la sympathie à une superbe tenue de citrouille, façon Obélix, pour 124 francs.

Quelques accessoires seront les bienvenus pour compléter votre lock d'outre-ténèbres. Par exemple un trident pour le diable (14,50 F), un balai pour la sorcière (19,50 F) ou une faux pour le squelette (12,50 F). On pourra y ajouter la lanterne hurlante (59 F), les ballons-citrouilles (21,50 F), voire les tatouages (14,50 F) ou les stickers (7,50 F) d'Halloween. Pour les grands timides, qui n'osent pas se déguiser, mais veulent participer quand même à la fête, une version douce est possible : ils peuvent rester en tenue classique, en y adjoignant seulement un petit accessoire clin d'œil, un léger chapeau de sorcière (19,50 F) ou carrément une simple cravate Halloween, en plastique noir gluant, avec des squelettes pour motifs !

Un décor à la maison

Voilà pour le tour d'horizon des tenues Halloween, mais quid du décor d'ambiance pour ceux qui veulent organiser une soirée chez eux ? Du plus petit studio au plus grand manoir, là aussi tout est possible.

Pour commencer, recouvrez les murs trop clairs avec du papier crépon noir. Suspendez ensuite une toile d'araignée (avec bébêtes) en guise de faux plafond (9,50 F la petite, 39,50 F l'immense), et tendez dans tous les sens des guirlandes Halloween (à partir de 14 F). Le reste se fera à l'inspiration, en fonction de l'embarras du choix proposé : araignée géante gonflable (45 F), automate de fantôme hurlant à déclenchement par le bruit (59 et 149 F), citrouilles lampions en tous genres (à partir de 20 F), squelette plastique de 60 cm (60 F), terrifiant buste d'Alien (259 F), collection de bougies (doigts, crâne, main,) où la cire se transforme en sang pour couler (à partir de 19,50 F).

Pour accueillir vos amis, et en attendant de distribuer les sacs de confettis (17 F), un paillasson spécial Halloween a même été prévu (200 F), qui hurle de douleur au simple contact de vos pieds !

Epouvantez-vous bien... Ch. CAIETTI.VAR-MATIN - nice-matin - Mercredi 28 octobre 1998

NUIT DE SABBATS

Pour célébrer Halloween, fantômes, squelettes, sorcières et autres vampires ont rendez-vous dans de nombreuses salles et établissements de la ville, vendredi et samedi. Pour que la fête soit générale, la Chambre de l'Industrie hôtelière de l'aire toulonnaise a obtenu, par arrêté municipal, une autorisation exceptionnelle d'ouverture jusqu'à 3 heures du matin pour ses adhérents pour la nuit de samedi à dimanche... sous réserve de veiller à ne pas causer des nuisances sonores.

À vous de choisir... (Suit la réclame pour 17 établissements, représentant 1/4 de page de journal et de laquelle nous citons quelques extraits significatifs.)

MC DONALD, S.

.. Les hamburgers ne sont pas plus saignants que d'ordinaire, mais le personnel s'est métamorphosé en sorcières et autres créatures d'enfer.

BAR A THYM

Une déco d'enfer, des looks à faire peur, des vidéos d'horreur, une musique endiablée, un stand maquillages, des cadeaux : c'est le programme d'épouvante promis par l'équipe...

BRASSERIE L'OASIS

Dans une déco démoniaque, la fête débutera dès 18h30, à l'heure de l'apéro, pour ne s'achever qu'à 1 heure après bien des frayeurs promises par une DJ satanique, à grand renfort de karaoké ...

CAFETERIA DU CENTRE

Dans un décor ahurissant, démoniaque et terrifiant, "La nuit de l'Épouvante" s'annonce comme l'un des musts du 31 octobre à Toulon.

AUBERGE DU ROI BACCHUS

Le personnel sera horriblement déguisé et la salle épouvantablement décorée. Soirée atroce en perspective à Sainte-Anne d'Évenos, avec le spectacle d'hypnose set de magie....

www.vigi-sectes.

Vous n'avez pas la permission d'afficher ou de poster des commentaires.